Louis Ménard

Rêveries d’un païen mystique, 1876


Le Rishi



Dans la sphère du nombre et de la différence,
Enchaînés à la vie, il faut que nous montions,
Par l’échelle sans fin des transmigrations,
Tous les degrés de l’être et de l’intelligence.
 
Grâce, ô vie infinie, assez d’illusions !
Depuis l’éternité ce rêve recommence.
Quand donc viendra la paix, la mort sans renaissance ?
N’est-il pas bientôt temps que nous nous reposions ?
 
Le silence, l’oubli, le néant qui délivre,
Voilà ce qu’il me faut ; je voudrais m’affranchir
Du mouvement, du lieu, du temps, du devenir ;
 
Je suis las, rien ne vaut la fatigue de vivre,
Et pas un paradis n’a de bonheur pareil,
Nuit calme, nuit bénie, à ton divin sommeil.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 novembre 2016 à 17h40

Visages multiples
-----------------------

Visages assemblés, chargés d’indifférence,
Sont-ils une dizaine, ou sont-ils des millions ?
Ni dans la soumission, ni dans la rébellion,
Sereine et méditante est leur intelligence.

Ils choisissent leurs mots sans qu’aucun Pygmalion
Ne leur ait exposé le sens des convenances ;
Ils reposent, conscients de leur impermanence,
Sans dicter de message au moindre tabellion.

Le silence constant les grise et les délivre ;
Au passé, au présent, au lointain avenir
Cette absence de voix peut, certes, convenir.

À leur coeur épargnant la fatigue de vivre,
Ils habitent ces lieux, tous calmes, tous pareils,
Et notre éveil, pour eux, n’est qu’un pauvre sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 décembre 2019 à 12h00

Planète Ransomandra
------------------

Cette planète semble un lieu d’indifférence,
Même si les vivants s’y comptent par millions ;
Ces gens qui n’ont jamais connu la rébellion,
N’ont qu’un modeste emploi de leur intelligence.

Aucun ne voudrait être un autre Pygmalion,
Car cela froisserait leur sens des convenances ;
Mais ils sont fort à l’aise avec l’impermanence,
Sans la rivalité, ni la loi du talion.

Nous craignons le trépas dont rien ne nous délivre ;
Ceux-là n’escomptent rien de leur propre avenir,
Inframonde ou néant, tout peut leur convenir.

Leur planète, pourtant, est agréable à vivre,
On peut y admirer des couchers de soleil
Ou rêver de la Terre au cours d’un long sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2020 à 12h20

Planète Huxleyandra
------------

Les habitants d’ici sont plein d’extravagance,
Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
Surtout celles des gens de moindre intelligence.

Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
Et la muse parfois leur sert de tabellion.

Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
Acceptant sans broncher de se faire bannir.

Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
Ils regardent de haut la lune et le soleil
Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2020 à 12h26

Planète Huxleyandra === avec retouche
------------

Les habitants d’ici sont pleins d’extravagance,
Les plus nobles d’entre eux se prennent pour des lions;
Le pouvoir met un terme à chaque rébellion,
Surtout celles des gens de moindre intelligence.

Si parfois l’un d’entre eux se prend pour Pygmalion,
Un mentor le rappelle au sens des convenances ;
Ils trouvent dans le vin des flots d’impermanence
Et la muse parfois leur sert de tabellion.

Quelquefois, l’un d’entre eux du monde se délivre,
Ayant cessé d’avoir des projets d’avenir,
Acceptant sans broncher de se faire bannir.

Leur façon d’exister, c’est tout un art de vivre,
Ils regardent de haut la lune et le soleil
Et n’ouvrent un bouquin que quand ils ont sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 décembre 2020 à 14h01

Sphère improbable
------------

Ce vieux griffon possède une sphère qui pense,
Et qui ne parle point, sauf à des taverniers ;
Il la porte avec lui dans un petit panier,
Profitant rarement de son intelligence.

Dans l’hivernale bise ou dans l’air printanier,
Il est accompagné de cette transcendance ;
Il lui fait admirer les fleurs d’impermanence,
Mais elle croit revoir celles de l’an dernier.

La sphère peut mourir, mais elle peut revivre,
Elle qui ne fait point de projets d’avenir
Et qui des jours anciens n’aime rien retenir.

Le tavernier me dit qu’elle n’est jamais ivre,
Mais que parfois son âme a des reflets vermeils,
Et que l’odeur du vin la tire du sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Jаmmеs : Lа Ρеtitе qui еst mоrtе

Sаmаin : «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...»

Αpоllinаirе : Zоnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сhristiаn sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе