François Maynard


Épitaphe


L’homme qui gît en ce lieu,
Fut un buveur sans exemple,
Qui ne crut jamais qu’au dieu
Dont la taverne est le temple.
 
Un batelier ignorant,
Le fît choir dans le courant
De la prochaine rivière :
 
L’heure de sa triste fin,
Voyageur, fut la première
Qui mit de l’eau dans son vin.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 7 juin 2013 à 16h36


J’ai bu du vin, écrit et médité. Je dors.
Un soir j’ai basculé dans la suprême ivresse.
Nul ne m’a soupçonné d’avoir trop de sagesse,
J’en avais juste assez pour accueillir la mort.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 février 2019 à 14h21

Ambidragon presque sobre
----------

L’ambidragon se fait vieux
Qui son long passé contemple ;
Il perçoit de mieux en mieux
L’univers aux rythmes amples.

Il occupe un plaisant lieu,
S’efforçant d’être un exemple
Pour les jeunes sous les cieux ;
Mais la taverne est son temple.

Il rit comme un ignorant,
Avec l’âge, c’est courant,
Dès que blanchit la crinière ;

La journée tire à sa fin,
Douce comme la première
Rencontre avec du bon vin.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par L’ânge le 8 février 2019 à 17h58

L’âne et l’âge vont ensemble ;
L’âne et l’âge se ressemblent ;
L’âne et l’âge n’ont pas d’amble...

L’âne et l’âge z’ont pas amples ;
L’âne et l’âge se contemplent
Et se resamplent ;
L’âne et l’âge sont l’exemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par La-Musérante le 8 février 2019 à 23h02

Devant, c’était le mensonge intelligible et derrière, l’incompréhensible vérité.
L’insoutenable légèreté de l’être (1984)

L’insoutenable légèreté de son être

Comment se réfugier quand la vie est ailleurs
Dans le livre du rire et de l’oubli la thèse
Les risibles Amours ? __ La plaisanterie lèse
La valse aux Adieux métaphore d’ailleurs

Il faut de la Lenteur pour l’exil prieur
Marcher dans le brouillard et entre parenthèse
La phrase de Schlegel la préface synthèse
Taisez-vous . . J’entends venir un ange crieur

La dérision et la pitié d’un monde insane
Où la peur est partout - L’identité persane
De se sentir trop loin de l’immortalité

De l’impossible amour la muse s’en remettre
L’insoutenable légèreté de son être
Fallait-il s’enfermer dans la perpétuité _____

On écrit toujours pour quelqu’un - Chant XIV

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе