François Mauriac

L’Adieu à l’adolescence, 1911


Consolez-vous, mon cœur...


 
Consolez-vous, mon cœur, si nul ne vous console
— Hélas ! Comme la nuit reflue en vous... plus rien
Qu’une peine sans cri, qu’on ne comprend pas bien,
Un désespoir muet d’enfant, dans une école.
 
Je songe à la chapelle où le collège chante.
Loin d’elle, je n’ai su donner à mon cœur las
Que les soirs lourds où les amis ne viennent pas,
Les pleurs dans le secret — et les vaines attentes...
 
Ah ! Dans l’ennui pesant et doux de ces journées,
J’ignorais cette sécheresse de mon cœur — 
Ô mon Dieu, rendez-moi l’ineffable langueur
Des méditations et des vêpres sonnées...
 
La Force qu’on puisait aux oraisons sereines
Que mes frères et moi, nous disions en commun — 
À l’époque, où petit garçon timide et brun,
Je faisais la communion, chaque semaine,
 
Et les silencieux glissements sur les dalles
Aux retours de la Sainte Table, pieux et lents — 
Quand deux petites mains comprimaient nos fronts pâles
Quand nos cœurs se donnaient avec un tel élan...
 
C’est la vie, aujourd’hui, les livres trop connus,
La facile et médiocre vie où le cœur s’use
— Et malgré les amours dont ma langueur s’amuse,
C’est une solitude, hélas ! où Dieu n’est plus.
 
Et voici que ce cœur, lourd d’un immense espoir,
Sur la route, demeure en arrière des autres.
Il écoute — laissant s’éloigner les apôtres — 
Une vague musique éparse dans le soir...
 
Las des recueillements et des beaux soirs vécus,
Tu trembles de désir dans cette nuit complice,
Et devines un monde inconnu de délices
— Ô pauvre cœur d’enfant qui veux être vaincu !
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе