Guy de Maupassant


Une conquête


 
Un jeune homme marchait le long du boulevard
Et sans songer à rien, il allait seul et vite,
N’effleurant même pas de son vague regard
Ces filles dont le rire en passant vous invite.
 
Mais un parfum si doux le frappa tout à coup
Qu’il releva les yeux. Une femme divine
Passait. À parler franc, il ne vit que son cou ;
Il était souple et rond sur une taille fine.
 
Il la suivit — pourquoi ? — Pour rien ; ainsi qu’on suit
Un joli pied cambré qui trottine et qui fuit,
Un bout de jupon blanc qui passe et se trémousse.
On suit ; c’est un instinct d’amour qui nous y pousse.
 
Il cherchait son histoire en regardant ses bas.
Élégante ? Beaucoup le sont. — La destinée
L’avait-elle fait naître en haut ou bien en bas ?
Pauvre mais déshonnête, ou sage et fortunée ?
 
Mais, comme elle entendait un pas suivre le sien,
Elle se retourna. C’était une merveille.
Il sentit en son cœur naître comme un lien
Et voulut lui parler, sachant bien que l’oreille
 
Est le chemin de l’âme. Ils furent séparés
Par un attroupement au détour d’une rue.
Lorsqu’il eut bien maudit les badauds désœuvrés
Et qu’il chercha sa dame, elle était disparue.
 
Il ressentit d’abord un véritable ennui,
Puis, comme une âme en peine, erra de place en place,
Se rafraîchit le front aux fontaines Wallace,
Et rentra se coucher fort avant dans la nuit.
 
Vous direz qu’il avait l’âme trop ingénue ;
Si l’on ne rêvait point, que ferait-on souvent ?
Mais n’est-il pas charmant, lorsque gémit le vent,
De rêver, près du feu, d’une belle inconnue ?
 
De ce moment si court, huit jours il fut heureux.
Autour de lui dansait l’essaim brillant des songes
Qui sans cesse éveillait en son cœur amoureux
Les pensers les plus doux et les plus doux mensonges.
 
Ses rêves étaient sots à dormir tout debout ;
Il bâtissait sans fin de grandes aventures.
Lorsque l’âme est naïve et qu’un sang jeune bout,
Notre espoir se nourrit aux folles impostures.
 
Il la suivait alors aux pays étrangers ;
Ensemble ils visitaient les plaines de l’Hellade
Et comme un chevalier d’une ancienne ballade
Il l’arrachait toujours à d’étranges dangers.
 
Parfois au flanc des monts, au bord d’un précipice,
Ils allaient échangeant de doux propos d’amour ;
Souvent même il savait saisir l’instant propice
Pour ravir un baiser qu’on lui rendait toujours.
 
Puis, les mains dans les mains, et penchés aux portières
D’une chaise de poste emportée au galop,
Ils restaient là songeurs durant des nuits entières,
Car la lune brillait et se mirait dans l’eau.
 
Tantôt il la voyait, rêveuse châtelaine,
Aux balustres sculptés des gothiques balcons ;
Tantôt folle et légère et suivant par la plaine
Le lévrier rapide ou le vol des faucons.
 
Page, il avait l’esprit de se faire aimer d’elle ;
La dame au vieux baron était vite infidèle.
Il la suivait partout, et dans les grands bois sourds
Avec sa châtelaine il s’égarait toujours.
 
Pendant huit jours entiers il rêva de la sorte,
À ses meilleurs amis il défendait sa porte ;
Ne recevait personne, et quelquefois, le soir,
Sur un vieux banc désert, seul, il allait s’asseoir.
 
Un matin, il était encore de bonne heure,
Il s’éveillait, bâillant et se frottant les yeux ;
Une troupe d’amis envahit sa demeure
Parlant tous à la fois, avec des cris joyeux.
 
Le plan du jour était d’aller à la campagne,
D’essayer un canot et d’errer dans les bois,
De scandaliser fort les honnêtes bourgeois,
Et de dîner sur l’herbe avec glace et champagne.
 
Il répondit d’abord, plein d’un parfait dédain,
Que leur fête pour lui n’était guère attrayante ;
Mais quand il vit partir la cohorte bruyante,
Et qu’il se trouva seul, il réfléchit soudain
 
Qu’on est bien pour songer sur les berges fleuries,
Et que l’eau qui s’écoule et fuit en murmurant
Soulève mollement les tristes rêveries
Comme des rameaux morts qu’emporte le courant ;
 
Et que c’est une ivresse entraînante et profonde
De courir au hasard et boire à pleins poumons
Le grand air libre et pur qui va des prés aux monts,
L’âpre senteur des foins et la fraîcheur de l’onde ;
 
Que la rive murmure et fait un bruit charmant,
Qu’aux chansons des rameurs les peines sont bercées,
Et que l’esprit s’égare et flotte doucement,
Comme au courant du fleuve, au courant des pensées.
 
Alors il appela son groom, sauta du lit,
S’habilla, déjeuna, se rendit à la gare,
Partit tranquillement en fumant un cigare,
Et retrouva bientôt tout son monde à Marly.
 
Des larmes de la nuit la plaine était humide ;
Une brume légère au loin flottait encor ;
Les gais oiseaux chantaient ; et le beau soleil d’or
Jetait mainte étincelle à l’eau fraîche et limpide.
 
Lorsque la sève monte et que le bois verdit,
Que de tous les côtés la grande vie éclate,
Quand au soleil levant tout chante et resplendit,
Le corps est plein de joie et l’âme se dilate.
 
Il est vrai qu’il avait noblement déjeuné,
Quelques vapeurs de vin lui montaient à la tête ;
L’air des champs pour finir lui mit le cœur en fête,
Quand au courant du fleuve il se vit entraîné.
 
Le canot lentement allait à la dérive ;
Un vent léger faisait murmurer les roseaux,
Peuple frêle et chantant qui grandit sur la rive
Et qui puise son âme au sein calme des eaux.
 
Vint le tour des rameurs, et, suivant la coutume,
Leur chant rythmé frappa l’écho des environs ;
Et, conduits par la voix, dans l’eau blanche d’écume
De moment en moment tombaient les avirons.
 
Enfin, comme on songeait à gagner la cuisine,
D’autres canots soudain passèrent auprès d’eux ;
Un rire aigu partit d’une barque voisine
Et s’en vint droit au cœur frapper mon amoureux.
 
Elle ! dans une barque ! Étendue à l’arrière,
Elle tenait la barre et passait en chantant !
Il resta consterné, pâle et le cœur battant,
Pendant que sa Beauté fuyait sur la rivière.
 
Il était triste encore à l’heure du dîner !
On s’arrêta devant une petite auberge,
Dans un jardin charmant par des vignes borné,
Ombragé de tilleuls, et qui longeait la berge.
 
Mais d’autres canotiers étaient déjà venus
Ils lançaient des jurons d’une voix formidable,
Et, faisant un grand bruit, ils préparaient la table
Qu’ils soulevaient parfois de leurs bras forts et nus.
 
Elle était avec eux et buvait une absinthe !
Il demeura muet. La drôlesse sourit,
L’appela. — Lui restait stupide. — Elle reprit :
« Çà, tu me prenais donc, nigaud, pour une Sainte ? »
 
Or il s’approcha d’elle en tremblant ; il dîna
À ses côtés, et même au dessert s’étonna
De l’avoir pu rêver d’une haute famille,
Car elle était charmante, et gaie, et bonne fille.
 
Elle disait : « Mon singe », et « mon rat », et « mon chat »,
Lui donnait à manger au bout de sa fourchette.
Ils partirent, le soir, tous les deux en cachette,
Et l’on ne sut jamais dans quel lit il coucha !
 
Poète au cœur naïf il cherchait une perle ;
Trouvant un bijou faux, il le prit et fit bien.
J’approuve le bon sens de cet adage ancien :
« Quand on n’a pas de grive, il faut manger un merle. »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2016 à 17h29

Chèvre-Feuille
------------

Les sentiers cavaliers lui sont des boulevards ;
Son corps est fort léger, le vent l’emporte vite.
Le loup végétarien la couve du regard,
Il veut la dévorer, sa panse l’y invite.

La feuille, par magie, disparaît tout à coup
(Faut-il ici parler d’intervention divine?),
Le loup en est surpris, ça l’afflige beaucoup,
Il poursuit son errance en faisant grise mine.

Il poursuit son chemin, la malchance le suit,
Il ne sait si la feuille est cachée sous la mousse ;
Cela fait plusieurs fois que son repas le fuit,
Le désespoir se lit sur sa sombre frimousse.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе