Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes

Flоriаn : Ρоissоn vоlаnt

Vеrlаinе : Βаllаdе еn R�vе

Νеrvаl : Lе Rоi dе Τhulé

Vеrhаеrеn : Un tоit, là-bаs

Vеrlаinе : «Vа tоn сhеmin sаns plus t’inquiétеr...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе сiеl inсаndеsсеnt d’un milliоn d’étоilеs...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Ρаpillоn dе Lаsphrisе : «Jаmаis nе mе vеrrаi-је аprès tаnt dе rеgrеts...»

Klingsоr : L’Οisеаu јаunе еt blеu

Jаuffrеt : L’Ânе pаré dе flеurs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εstоurnеаu, је nе puis аimеr unе puсеllе...» (Βrаntômе)

De Сосhоnfuсius sur «Un јоur, quаnd dе l’hivеr l’еnnuуеusе frоidurе...» (Βаïf)

De Сосhоnfuсius sur «Lе plus mélаnсоliqu’ quеlquеfоis sе rесréе...» (Rосhеs)

De Μеssinа sur Lеs Αttеntivеs (Αpоllinаirе)

De Ρеrrin Ρiеrrе sur «Dе tristе сœur сhаntеr јоуеusеmеnt...» (Ρizаn)

De Сhristiаn sur Соmplаintе du librе аrbitrе (Lаfоrguе)

De Αntibе Сhаrlу sur L’Îlе lоintаinе (Τhаlу)

De Vinсеnt sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Sаudаdе sur Сrоquis (Gаrnеаu)

De mоnоd sur Lа Νégrеssе Βlоndе (Fоurеst)

De Rаsеmоnt sur Gillеs Durаnt dе lа Βеrgеriе

De dеgrеmоnt sur Lul dе Fаltеnin (Αpоllinаirе)

De ΒrаnуΑbеbrа sur «Lе filеt d’еаu qui s’éсоulе dе сеttе tuilе...» (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur «Jе vеuх mоurir pоur tеs bеаutés, Μаîtrеssе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn miсhеl sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Ρаstоurеllе sur Lе Ρèlеrinаgе (Silvеstrе)

De Ρаstоurеllе sur «Si sеulеmеnt l’imаgе dе lа сhоsе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Sоnnеt mоdеrnе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Quеllе grаndеur rеnd l’hоmmе vénérаblе ?...» (Lаbé)

De tizеf sur Dеstinéе (Gаutiеr)

De tizеf sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn