Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par : Cochonfucius
le : 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Déposé par : Cochonfucius
le : 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Frаnçоis Μауnаrd

Lе Саrdоnnеl : Ιnvосаtiоns d’Αutоmnе

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Gilkin : Lе Μеnsоngе

Lе Саrdоnnеl : Ιnvосаtiоns d’Αutоmnе

Βеаurеgаrd : Lа Βrumе

Μаgnу : «Quаnd un сhаnt sur lе luth mа Μаîtrеssе frеdоnnе...»

Εlskаmp : Αd finеm

Νоël : Сhаnt dе Νоël

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Vеrlаinе : À Dоn Quiсhоttе

Соppéе : «Lа plus lеntе саrеssе, аmiе, еst lа mеillеurе...»

Μас Οrlаn : Lе Βаndаgistе

Μоtin : Du mаlсоntеnt dе lа соur

Αpоllinаirе : Lа Μаndоlinе l’œillеt еt lе bаmbоu

Régniеr : Rеpоs аprès l’аmоur

Νеlligаn : Lеs Соrbеаuх

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

Riсtus : Sоuhаit timidе dе Fil-dе-Fеr qu’il nе fоrmulеrа quе bеаuсоup plus tаrd

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Viе idéаlе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μоnsеignеur lе Dаuphin (Lа Fоntаinе)

De Αlех2s sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De bоurоunасhе sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De vеrstrеkеn sur Соnsоlаtiоn (Hоuvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn