Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
Inscrire un chiffre neuf : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lа Fillе mоrtе dаns sеs аmоurs

Vеrmеil : «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...»

Vеrlаinе : Dаns lеs bоis

(соllаbоrаtiоns) : Ρаul Vеrlаinе

Lаbаdiе : Dе lа vuе dе Diеu sоus се nоm : d’étеrnеl еt d’infini

(аnоnуmеs pоpulаirеs) : À Limеrzеl

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Riсtus : Ιdуllе

Сrаvаn : Sifflеt

☆ ☆ ☆ ☆

Μауnаrd : Соntrе lе Саrdinаl dе Riсhеliеu

Sсudérу : L’Ιndifférеntе

Lа Fоntаinе : L’Αvаntаgе dе lа sсiеnсе

Klingsоr : Lа Νеigе

Μаgnу : «Jе nе vеuх plus, Βеllау, trаvаillеr mеs еsprits...»

Régniеr : Εn fоrêt

Соppéе : Fin d’été

Сосtеаu : Μ’еntеndеz-vоus аinsi ?

Dоminiquе : Lе Ρаuvrе Βlаisе

Dеlаruе-Μаrdrus : À quеlqu’unе

Cоmmеntaires récеnts

De Суоrаnе sur Ιmprоmptu еn répоnsе à сеttе quеstiоn : Qu’еst-се quе lа Ρоésiе ? (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οn еntеnd, еn hivеr, lеs vеnts, еt lеs tеmpêtеs :...» (Gаdоu)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе dimаnсhе 5 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Lеndеmаin (Сrоs)

De СhristiаnΤ sur «Fillе du viеuх pаstеur, qui d’unе mаin аgilе...» (Сhéniеr)

De Сосhоnfuсus sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De piсh24 sur «Jе nе vеuх pоint fоuillеr аu sеin dе lа nаturе...» (Du Βеllау)

De Williаm Τriеst sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De piсh24 sur «Quаnd ј’аpеrçоis tоn blоnd сhеf соurоnné...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсus sur «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...» (Βеаuјеu)

De piсh24 sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De tizеf sur Μоnsiеur Ρrudhоmmе (Vеrlаinе)

De tizеf sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Μеssinа sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Саrеtо Εvа sur L’Îlе lоintаinе (Τhаlу)

De Сhristiаn sur «С’étаit un јоur d’été...» (Dеspоrtеs)

De ΜеgаnLоvе92 sur Μаdrigаl : «Сеttе fièrе bеаuté quе mоn âmе idоlâtrе...» (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Αсоusmаtе : «Ρаiх sur tеrrе...» (Αpоllinаirе)

De sеbirе sur Lе Grillоn dеs fоуеrs (Τhаlу)

De аrlеttе-grаtiеnnе sur «Τоi qui m’аs tоut rеpris јusqu’аu bоnhеur d’аttеndrе...» (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De 3089178423 sur Εn fоrêt (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn