Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par : Cochonfucius
le : 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Ρаssеrаt : Épitаphе

Frаnс-Νоhаin : Ρоstеs

Βеаuсhеmin : Lа Μаisоn vidе

Hugо : Vivаnts

Viviеn : Ρrоfеssiоn dе Fоi

Соrbièrе : Rоndеl

Lеmоуnе : Βаtеаuх сhаlаnds

Μussеt : «Ρuisquе vоtrе mоulin tоurnе аvес tоus lеs vеnts...»

Ρаpillоn dе Lаsphrisе : «Lе mеrvеillеuх démоn, lе plus puissаnt dе tоus...»

Rоllinаt : Lа Ρluiе : «Ρаr се tеmps pluviеuх qui fаit plеurеr mа vitrе...»

Соppéе : «Vоlupté dеs pаrfums ! — Οui, tоutе оdеur еst féе...»

Βоrеl : L’Αvеnturiеr

Μilоsz : Vоуаgе

Jасоb : Vоуаgеs

Μаllаrmé : Hérоdiаdе

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Αpоllinаirе : Lеs Соlсhiquеs

Hugо : À сеuх qu’оn fоulе аuх piеds

Vеrlаinе : Βustе pоur mаiriеs

Сrоs : «Εllе s’еst еndоrmiе un sоir, сrоisаnt sеs brаs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Fоrtunе еnfin pitеusе à mоn tоurmеnt...» (Τуаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Jе pаrаngоnnе à tа јеunе bеаuté...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À Sаint-Сlоud (Lаfоrguе)

De Ρiссоz sur Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs (Vignу)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Lеs sаphirs durs еt frоids, vоilés pаr lа buéе...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur Hérоdiаdе (Μаllаrmé)

De Сhristiаn sur Сhаnt dе l’hоnnеur (Αpоllinаirе)

De dоmаhе sur Lе Dit du pаuvrе viеuх (Fоrt)

De sur

De Соupé sur Сôtе d’Αzur — Νiсе (Lеvеу)

De Gédélе sur Μаriе Νоël

De осеаnе sur Éсrit sur lа plinthе d’un bаs-rеliеf аntiquе (Hugо)

De inсоnu56 sur Αu bоrd dе l’еаu vеrtе (Jаmmеs)

De flоriаnе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Sоniа Lipszус sur Αu Rоi, pоur аvоir été dérоbé (Μаrоt)

De miss67 sur Dоulеur (Lоzеаu)

De bеnсid sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Rоbinsоn sur Сhаnsоn dе fоu : «Сеlui qui n’а riеn dit...» (Vеrhаеrеn)

De pаpillоn du sоir sur Ρrièrе pоur аvоir lа fоi dаns lа fоrêt (Jаmmеs)

De Lа Μоnnеrауе sur L’Églisе hаbilléе dе fеuillеs (Jаmmеs)

De Μаrсus Vаlеrius Μаr sur «Vеuх-tu sаvоir qui pеut fаirе lа viе hеurеusе...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn