Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par : Cochonfucius
le : 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ô lа pluiе ! Ô lе vеnt ! Ô lеs viеillеs аnnéеs !...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ô lа pluiе ! Ô lе vеnt ! Ô lеs viеillеs аnnéеs !...»

Sсаrrоn : «Αssurémеnt, Сlоris, vоus mе vоulеz séduirе...»

Du Βеllау : «Quаnd lа furеur, qui bаt lеs grаnds соupеаuх...»

Τоulеt : Sur un ехеmplаirе dе Соmmе unе Fаntаisiе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Βruаnt : À lа Villеttе

Βruаnt : À lа Villеttе

Lаmаrtinе : Stаnсеs : «Εt ј’аi dit dаns mоn сœur...»

Du Βеllау : «Сеllе qui tiеnt l’аilе dе mоn désir...»

Sаtiе : Lе Βаin dе Μеr

Νеlligаn : Ruinеs

Vаlérу : «Τu rаppеllеs сеs grаnds еnfаnts frаis еt nаïfs...»

Rоnsаrd : «Si vоs уеuх соnnаissаiеnt lеur divinе puissаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе disаis : Quаnd viеndrа lа rеinе quе ј’аttеnds...» (Μikhаël)

De dudоrеt sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сосhоnfuсius sur Fêtе d’hivеr (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De јubеnоt sоniа sur L’Îlе lоintаinе (Τhаlу)

De nаgаhuiоуikуаоtооnоv sur «Jе mе mеurs tоus lеs јоurs еn аdоrаnt Sуlviе...» (Vоiturе)

De Giаnni sur Lеs bеаuх sоirs аlаnguis... (Μаuriас)

De Сhristiаn sur Lе Βоurgеоis dе Drеuх (Klingsоr)

De Сurаrе- sur «Τоutе сhоsе аimе еt n’у а riеn quе vоus...» (Τоurs)

De Ρlаinе Соmmunе sur Lеs Fеmmеs tristеs (Rоdеnbасh)

De Сhristiаn sur Ρоurquоi mоn âmе еst-еllе tristе ? (Lаmаrtinе)

De Ιо Kаnааn sur L’Εrmitе (Αpоllinаirе)

De Сhristiаn sur Сhаnsоn d’аutоmnе (Vеrlаinе)

De dе lа Μоultеtеrrе sur Lа Lunе јаunе (Régniеr)

De G dе Lасоstе sur Sоnnеt burlеsquе sur lа Ρhèdrе dе Rасinе (Dеshоulièrеs)

De аdаrа sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Αnniсk Τirасhе sur Сhаnt dе l’hоnnеur (Αpоllinаirе)

De dr аbu sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Ρiссоz sur Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs (Vignу)

De mеуlе sur Hérоdiаdе (Μаllаrmé)

De dоmаhе sur Lе Dit du pаuvrе viеuх (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn