Mallarmé

Poésies, 1899


Renouveau


 
Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.
 
Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et, triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane
 
Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,
 
J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève...
— Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.
 

Commentaire(s)
Déposé par : Cochonfucius
le : 21 novembre 2012 à 17h13


Un pauvre doctorant regardait tristement
Deux mandarins pervers. De son regard lucide,
L’étudiant voit celui qui à son sort préside
Soutenir un propos qui semble un bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous son crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau,
Et, triste, il erre après un rêve vague et beau
Quand les deux vieux savants ineptes se pavanent.

Il est fort énervé de ces foutaises, las,
Et creusant de sa face une fosse à son rêve,
Voudrait s’en aller par la Porte des Lilas.

Mandarins, pourquoi donc ennuyer vos élèves ?
Faites-vous naître en eux le sourire et l’éveil ?
Vous offrez un couvercle à qui veut un Soleil.

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Touriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évaluations récentes

Verlaine : Un soir d’octobre

Commentaires récents

De Cochonfucius sur «Je venais de laisser ma Jeanne qui dépouille...» (Motin)

De Cochonfucius sur «Notre vie est semblable à la lampe enfumée...» (Chassignet)

De Cochonfucius sur «Passant dernièrement des Alpes au travers —...» (Jodelle)

De René Guy Cadou sur Max Jacob

De Christian sur «Mon âme a son secret, ma vie a son mystère...» (Arvers)

De Christian sur Golgotha (Saint-Pol-Roux)

De Christian sur Marie Noël

De monique sur Hugo

De Teillard André sur Sur quelques mauvaises manières de parler (Marot)

De Jean ZAINO poète sur Francis Jammes

De Favreau sur Sonnet : «Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre...» (Mallarmé)

De Margareta Noeske sur Saint-Pol-Roux

De Jean Donati sur Élégie première : «Mon cher Samain...» (Jammes)

De ROLAND sur Le pauvre pion (Jammes)

De ZAINO, poète sur Prière pour avoir une femme simple (Jammes)

De ZAINO jean,poète sur Viens, je te mettrai (Jammes)

De Jean ZAINO sur J’allai à Lourdes (Jammes)

De fanfan sur «Le Passé maugréait et frappait à la porte...» (Derème)

De tagada sur Scarbo : «Oh ! que de fois je l’ai entendu et vu...» (Bertrand)

De Myrrha-El sur «C’est presque l’invisible qui luit...» (Rilke)

De JOSEPH sur «La femme à l’homme est un mal nécessaire...» (Fiefmelin)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présentation

Accueil

À propos

Contact

Signaler une erreur

Un petit mot ?

Soutien

Faire un don