Mallarmé

Poésies, 1899



Quand l’ombre menaça de la fatale loi
Tel vieux Rêve, désir et mal de mes vertèbres,
Affligé de périr sous les plafonds funèbres
Il a ployé son aile indubitable en moi.
 
Luxe, ô salle d’ébène où, pour séduire un roi
Se tordent dans leur mort des guirlandes célèbres,
Vous n’êtes qu’un orgueil menti par les ténèbres
Aux yeux du solitaire ébloui de sa foi.
 
Oui, je sais qu’au lointain de cette nuit, la Terre
Jette d’un grand éclat l’insolite mystère,
Sous les siècles hideux qui l’obscurcissent moins.
 
L’espace à soi pareil qu’il s’accroisse ou se nie
Roule dans cet ennui des feux vils pour témoins
Que s’est d’un astre en fête allumé le génie.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 18 octobre 2013 à 10h46


Les tables de la loi (du moins, je le suppose)
Imperceptiblement vinrent dans mon studio.
J’ai mentionné cela dans ma chronique en prose,
Je vais en reparler, même si c’est idiot.

J’ai tenté de capter les lois sur ma radio,
Ou dans un recueil qui de sonnets se compose,
Ou encore, au moyen d’un logiciel audio,
Mais j’ai peur que cela, peut-être, n’indispose

Le grand législateur qui jadis les a faites.
Puis le rhinocéros, une bien sale bête,
A surgi de l’armoire en m’écrasant sous lui.

Je n’ai pas pris cela pour signe de déroute ;
J’ai simplement gravé d’autres lois pour la route,
Celles d’avant étant périmées à minuit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jean michel le 30 mai 2015 à 16h27

Très belle analyse

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Malvina le 3 novembre 2018 à 20h48

__L’Amour: une source qui a soif.__ Marie Noël

Ma muse -  

Il neige toujours pas je médite sur toi
Voilà bientôt Noël 1 hiver à l’inverse
Je te vois à l’endroit et ton silence berce
Ma âme dans 1 verre au delà de l’aboi

Tu es comme une intruse invitée sous mon toit
Devinant mon passé la clé que l’on observe
Qu’en est-il du hasard ? Du trouble de la verve ?
Fruit de ces liaisons des secrets que l’on boit

S’il te plait fleur flirtant de ton regard de flamme
Qui me dit de prier à ton égard de femme
Je t’aime je t’aime comme ma dérision

Celle qui tend la main à ma triste infortune
J’ai pris tant de rêves à ma douleur immune
Cet ennui récurrent qui n’est qu’ une allusion



____25/12/2015 pour ma princesse du Mossad ____

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 novembre 2018 à 14h18

Alexius von Arenrath
---------------

Ce fut un bon ermite, enfin, je le suppose,
Passant sa longue vie dans un petit réduit ;
Un moine d’Arenrath nous le raconte en prose,
Je vais en reparler, car il s’est bien conduit.

En tentation, il fut par Lucifer induit,
Mais lui, dont les repas de restes se composent,
Il n’a point dans son coeur de vils desseins produit,
Car suivre la vraie Loi jamais ne l’indispose.

Le grand législateur se recueille, à sa fête,
Il a pu voir en lui l’étoffe d’un prophète ;
Les monstres de l’enfer ont tremblé devant lui.

Il n’eut pas trop de mal pour les mettre en déroute,
Lui qui savait toujours écarter de sa route
Le démon de midi, le démon de minuit.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Cоmmеntaires récеnts

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе