Mallarmé

Poésies, 1899



Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui
Va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre
Ce lac dur oublié que hante sous le givre
Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui !
 
Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui
Magnifique mais qui sans espoir se délivre
Pour n’avoir pas chanté la région où vivre
Quand du stérile hiver a resplendi l’ennui.
 
Tout son col secouera cette blanche agonie
Par l’espace infligée à l’oiseau qui le nie,
Mais non l’horreur du sol où le plumage est pris.
 
Fantôme qu’à ce lieu son pur éclat assigne,
Il s’immobilise au songe froid de mépris
Que vêt parmi l’exil inutile le Cygne.
 

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 6 mars 2013 à 12h06

Un « Sonnet dit du cormoran » datant du temps où je cochonfucusionnais...


Le vierge le vivace et le bel aujourd’hui
Va-t-il nous déchirer par un coup d’aide libre
Ces flots noirs et visqueux qui hantent l’équilibre
D’un biotope ingrat aux vols qui n’ont pas fui

Un cormoran d’antan se souvient que c’est lui
Mazouté tant que plus une plume ne vibre
À ce col dont chanté n’a la vocale fibre
L’écologique choix qui eût trompé l’ennui

Tout ce col secouera cette noire agonie
Par l’humain infligée à l’oiseau qui le nie
Mais non l’enfer boueux où le plumage est pris

Que surgisse en ce cou la ligne des reptiles
Quand ils se glacent combattants froids de mépris
C’est salaud Le sait-il cet oiseau des Sept-Îles

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 février 2016 à 15h43

Firmament très lointain
---------------------------

Le ciel a pris des tons surréels aujourd’hui ;
Ceux de la météo, peut-être, furent ivres,
Qui à ce tiède hiver n’ont point offert de givre,
Un astre s’est montré, qui, brusquement, a fui.

Le gars de la radio dit que ce n’est pas lui ;
De cette étrangeté, sa conscience il délivre,
Avec ce ciel bizarre, on peut aussi bien vivre,
Je ne crois pas qu’il veuille apporter des ennuis.

Mais si cette planète était à l’agonie ?
Non, cela ne se peut, Claude Allègre le nie ;
Et c’est un érudit, qui a beaucoup appris.

Savoir ce qui, aux cieux, telle couleur assigne,
Peut-être un changement dont ils seraient épris ?
Ou bien, plus simplement, la migration des cygnes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er septembre 2017 à 11h48

Arbre-Chevalier
--------------

L’arbre porte un écu de bataille aujourd’hui,
C’est ce qu’il fait, dit-on, chaque fois qu’il est ivre ;
En été sous la feuille, en hiver sous le givre,
Ceux qui l’ont vu ainsi, pour la plupart, ont fui.

L’arbre dit que la guerre est un métier pour lui ;
Que du gris quotidien, les combats le délivrent,
Que porter une armure est sa raison de vivre
Et que c’est un moyen pour surmonter l’ennui.

Cependant la forêt n’est pas à l’agonie,
Elle se porte bien, nul arbre ne le nie,
Et se battre est souvent le fait d’un malappris.

Ce rôle de soldat qu’à lui-même il assigne,
Cet écu de métal dont il est tant épris,
De sa sénilité, sans doute, sont le signe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 mars 2020 à 12h10

Grandeur de l’ambicygne
----------

J’ai vu cet animal remarquable, aujourd’hui,
Je me suis demandé si je n’étais pas ivre ;
C’est un énorme oiseau, plus blanc que n’est le givre,
Souvent, à son aspect, des prédateurs ont fui.

Les canards du bassin sont sans crainte de lui,
Car leur naïveté de la peur les délivre ;
Il mange leur poisson, mais il les laisse vivre,
Et personne n’ira lui chercher des ennuis.

Il écoute des oies l’étrange litanie,
C’est un être patient, personne ne le nie,
Il aime son prochain, je n’en suis pas surpris.

C’est un noble sans fief, sans maître et sans insignes,
Car de simplicité toujours il fut épris ;
J’ai le plus grand respect pour le bel Ambicygne.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе