François Malherbe

in Le Parnasse des plus excellents poètes de ce temps, 1607


Consolation à M. Du Perrier sur la mort de sa fille


 
Ta douleur, du Périer, sera donc éternelle,
              Et les tristes discours
Que te met en l’esprit l’amitié paternelle
              L’augmenteront toujours
 
Le malheur de ta fille au tombeau descendue
              Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale, où ta raison perdue
              Ne se retrouve pas ?
 
Je sais de quels appas son enfance était pleine,
              Et n’ai pas entrepris,
Injurieux ami, de soulager ta peine
              Avecques son mépris.
 
Mais elle était du monde, où les plus belles choses
              Ont le pire destin ;
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
              L’espace d’un matin.
 
Puis quand ainsi serait, que selon ta prière,
              Elle aurait obtenu
D’avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
              Qu’en fût-il advenu ?
 
Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste
              Elle eût eu plus d’accueil ?
Ou qu’elle eût moins senti la poussière funeste
              Et les vers du cercueil ?
 
Non, non, mon du Périer, aussitôt que la Parque
              Ote l’âme du corps,
L’âge s’évanouit au deçà de la barque,
              Et ne suit point les morts...
 
La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ;
              On a beau la prier,
La cruelle qu’elle est se bouche les oreilles,
              Et nous laisse crier.
 
Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre,
              Est sujet à ses lois ;
Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
              N’en défend point nos rois.
 
De murmurer contre elle, et perdre patience,
              Il est mal à propos ;
Vouloir ce que Dieu veut, est la seule science
              Qui nous met en repos.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сосhоnfuсius sur Flеur d’Αrt (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur «Sоus un сiеl аmbigu...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...» (Rоnsаrd)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе