François Malherbe

in Le Parnasse des plus excellents poètes de ce temps, 1607


Consolation à M. Du Perrier sur la mort de sa fille


 
Ta douleur, du Périer, sera donc éternelle,
              Et les tristes discours
Que te met en l’esprit l’amitié paternelle
              L’augmenteront toujours
 
Le malheur de ta fille au tombeau descendue
              Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale, où ta raison perdue
              Ne se retrouve pas ?
 
Je sais de quels appas son enfance était pleine,
              Et n’ai pas entrepris,
Injurieux ami, de soulager ta peine
              Avecques son mépris.
 
Mais elle était du monde, où les plus belles choses
              Ont le pire destin ;
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
              L’espace d’un matin.
 
Puis quand ainsi serait, que selon ta prière,
              Elle aurait obtenu
D’avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
              Qu’en fût-il advenu ?
 
Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste
              Elle eût eu plus d’accueil ?
Ou qu’elle eût moins senti la poussière funeste
              Et les vers du cercueil ?
 
Non, non, mon du Périer, aussitôt que la Parque
              Ote l’âme du corps,
L’âge s’évanouit au deçà de la barque,
              Et ne suit point les morts...
 
La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ;
              On a beau la prier,
La cruelle qu’elle est se bouche les oreilles,
              Et nous laisse crier.
 
Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre,
              Est sujet à ses lois ;
Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
              N’en défend point nos rois.
 
De murmurer contre elle, et perdre patience,
              Il est mal à propos ;
Vouloir ce que Dieu veut, est la seule science
              Qui nous met en repos.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmоur (Gérаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе