Pierre Louÿs


Le Soir à la campagne


 

À mon ami André Gide


Tout est silence et calme, et les vents sont tombés.
Les arbres onduleux ont étendu leurs branches,
Et le soleil, dardant ses rayons orangés,
Incendie au couchant les longues fermes blanches.
 
Les ombres sur le sol rampent démesurées ;
Et les filles des champs, revenant du lavoir,
Foulent de leurs pieds nus les terres labourées,
Alanguissant le pas dans le calme du soir.
 
Les humides prairies au couchant étendues
Se voilent de vapeurs qui montent lentement
Et vont couvrir bientôt les terres disparues
Sous les brouillards bleuis qui tremblent faiblement.
 
Le ciel est rose tendre et l’azur sans frissons.
Au ras du sol mouillé l’ardent soleil flamboie,
Et la nuit toute grise envahit les sillons
Et atteint chaque chose et la baigne et la noie.
 

6-7 heures du soir


 

*


 
Oh ! quel bonheur tranquille !... Hélas ! est-il possible
Que ce que je sens là se soit toujours senti,
Que tous les jeunes gens au cœur tendre et sensible
Au spectacle du soir se soient émus aussi !
 
Que mon enthousiasme ardent et poétique
Pour tout ce que je sens ne soit pas même à moi,
S’étant développé de manière identique
Chez tous les jeunes gens d’après la même loi !
 
Oh ! rien d’original ! Rien de nouveau !... J’enrage !
Rien qui ne se soit vu! Rien qui ne se soit dit !
Et pas un sentiment qui n’ait eu son langage !
Pas un état d’esprit qu’un penseur n’ait traduit !
 
Hélas ! Je suis banal quand je veux exprimer
Que le printemps est doux, que les filles sont belles,
Que j’ai besoin de jouir, que j’ai besoin d’aimer,
Et que les nuits d’été semblent surnaturelles !
 
L’amour, brutalité ! Le printemps, lieu commun !
Eh bien ! moi, j’ai besoin de parler de ces choses,
Des immenses forêts, de leur âcre parfum,
De la nuit et du soir, des femmes et des roses !
 
Et je veux découvrir des accents inconnus
Pour peindre les bonheurs énormes de la vie
Et pour chanter enfin mes désirs éperdus,
Mes enthousiasmes fous et ma joie infinie.
 
La jeunesse et l’amour débordent de mon âme,
Et la sève envahit mon corps de dix-sept ans,
Et j’ai besoin d’aimer, d’adorer une femme,
Car mon âme s’emplit des souffles du printemps !
 

Dizy, 6 avril [18]88. 9-11 h. du soir

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе