Jules Lefèvre-Deumier

Le Parricide, suivi d’autres poésies, 1823


Danaé

Imitation de Simonide
   
Sic te diva potens cypri,
Sic fratres Helenae lucida sidera,
Ventorumque regat pater,
Obstrictis aliis, praeter Japyga,
Navis
Et serves animas dimidium meae.
HORACE.


L’aquilon frémissait ; une horrible tempête
Des vagues dans le Ciel semblait cacher le faîte.
Au milieu des débris des vaisseaux fracassés,
La mer portait alors sur ses flancs courroucés,
Une barque, ou plutôt une prison flottante,
Car partout une main cruellement prudente,
En défendit l’accès à la clarté du jour.
Ainsi se punissait un crime de l’amour,
Si l’on peut appeler ses faiblesses un crime.
Des baisers de l’Olympe innocente victime,
La jeune Danaé vers son fils étendit
Une douce caresse, et doucement lui dit :
« Mon jeune compagnon, ma peine est bien amère !
Tu dors tranquillement près du lait de ta mère ;
Tu respires, et moi, sous l’air qui s’épaissit,
Mon souffle est plus pénible, et ma voix s’obscurcit.
La nuit doit être proche, et les astres tes frères,
Sans caresser ton front de leurs flammes légères,
Sous l’œil de Jupiter guident le nautonnier ;
Et toi que de ses fils on nomme le dernier,
Il t’oublie, et le Ciel n’aura pas, une étoile
Qui puisse nous guider. Oh, dors ! et sous mon voile
Abrite ton sommeil sans t’occuper des flots
Qui passent sur ton front sans troubler ton repos
Et sans mouiller encor ta belle chevelure.
Que le sommeil aussi, suspendant ma torture,
Ne me fait-il connaître un instant son pouvoir,
Car il me faut un songe, hélas ! pour te revoir.
Oh, que j’ai peur, mon fils, de l’onde et de l’orage !
Si tu savais des mers quelle est souvent la rage,
Oui, ta petite oreille entendrait mes sanglots.
Mais je le veux, enfant, que tes yeux toujours clos
Ne se réveillent point au cri de la tempête.
Dormez, vagues, dormez au-dessus de sa tête ;
Dormez, puisque les Dieux sont pour nous sans appui,
Ou faites, si je meurs, que je meure avant lui. »
 

Paris, 1816.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu Μêmе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Squеlеttе (Vеrlаinе)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz