Charles Leconte de Lisle

Poèmes et Poésies, 1857


Les Elfes


 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
Du sentier des bois aux daims familier,
Sur un noir cheval, sort un chevalier.
Son éperon d’or brille en la nuit brune ;
Et, quand il traverse un rayon de lune,
On voit resplendir, d’un reflet changeant,
Sur sa chevelure un casque d’argent.
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
Ils l’entourent tous d’un essaim léger
Qui dans l’air muet semble voltiger.
— Hardi chevalier, par la nuit sereine,
Où vas-tu si tard ? dit la jeune Reine.
De mauvais esprits hantent les forêts ;
Viens danser plutôt sur les gazons frais.
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
— Non ! ma fiancée aux yeux clairs et doux
M’attend, et demain nous serons époux.
Laissez-moi passer, Elfes des prairies,
Qui foulez en rond les mousses fleuries ;
Ne m’attardez pas loin de mon amour,
Car voici déjà les lueurs du jour. —
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
— Reste, chevalier. Je te donnerai
L’opale magique et l’anneau doré,
Et, ce qui vaut mieux que gloire et fortune,
Ma robe filée au clair de la lune.
— Non ! dit-il. — Va donc ! — Et de son doigt blanc
Elle touche au cœur le guerrier tremblant.
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
Et sous l’éperon le noir cheval part.
Il court, il bondit et va sans retard ;
Mais le chevalier frissonne et se penche ;
Il voit sur la route une forme blanche
Qui marche sans bruit et lui tend les bras :
— Elfe, esprit, démon, ne m’arrête pas ! —
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 
— Ne m’arrête pas, fantôme odieux !
Je vais épouser ma belle aux doux yeux.
— Ô mon cher époux, la tombe éternelle
Sera notre lit de noce, dit-elle.
Je suis morte ! — Et lui, la voyant ainsi,
D’angoisse et d’amour tombe mort aussi.
 
Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2012 à 14h30

La biche et le voiturier


Mangeant une pomme à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

Chantant leur complainte au bruit familier,
Passe un pigeon noir, passe un voiturier.
Un chausse-pied d’or brille en la nuit brune,
Grand Bougnat traverse un rayon de lune,
Le chausse-pied prend un reflet changeant,
Lui qui était d’or, il devient d’argent.

Mangeant une truffe à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

La biche en prenant son repas léger
Voit le chausse-pied soudain voltiger.
- Hardi voiturier, par la nuit sereine,
Où vas-tu si tard ? dit la biche humaine.
On dit que Landru rôde en la forêt,
Viens plutôt fumer sur le gazon frais.

Mangeant une tarte à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

Non ! car Grand Bougnat doit payer son coup
Ce soir, à Cluny, et j’y tiens beaucoup.
Laisse-moi passer, biche des prairies,
Va donc fumer sur les mousses fleuries,
Ne m’attarde pas loin de Grand Bougnat,
Prends mon pigeon noir, si cela te va.

Mangeant un croissant à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

- Reste, voiturier. Je te donnerai
Un gâteau au beurre et du pain doré,
Et, choisi pour toi par sort de fortune,
Le ciel de cylindre avec ses deux lunes.
- Non ! dit-il. - Va donc ! Buveur de vin blanc !
Il s’enfuit, le bon voiturier tremblant.

Mangeant une crêpe à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

Tout droit devant lui le noir pigeon part.
Il court, il bondit et va sans retard ;
Mais le voiturier frissonne et se penche ;
Il voit sur la route un drap bleu pervenche
Qui cherchait des trucs malgré Grand Bougnat.
- Par Cochonfucius, ne nous retiens pas !

Mangeant une poire à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

- Ne nous retiens pas, cela vaudra mieux !
D’ailleurs tu devrais retourner au pieu,
Ou bien te cacher dans une poubelle.
- Entends, voiturier, ma justice est telle :
Va boire à Cluny, ta vie est ainsi,
Mais conduis-y donc cette biche aussi !

Mangeant des gésiers à la marjolaine,
La biche joyeuse a la bouche pleine.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе