Gabriel-Charles de Lattaignant


Adieux au Monde

Vaudeville


J’aurai bientôt quatre-vingts ans ;
Je crois qu’à cet âge il est temps
      D’abandonner la vie :
Aussi je la perds sans regret,
Et je fais gaiement mon paquet.
      Bonsoir la compagnie.
 
Lorsque l’on prétend tout savoir,
Depuis le matin jusqu’au soir,
      On lit, on étudie :
On n’en devient pas plus savant,
On n’en meurt pas moins ignorant.
      Bonsoir la compagnie.
 
Lorsque d’ici je partirai,
Je ne sais pas trop où j’irai ;
      Mais en Dieu je me fie :
Il ne peut que mener à bien ;
Aussi je n’appréhende rien.
      Bonsoir la compagnie.
 
J’ai goûté de tous les plaisirs ;
J’ai perdu jusques aux désirs ;
      À présent je m’ennuie.
Lorsque l’on n’est plus propre à rien,
On se retire, et l’on fait bien ;
      Bonsoir la compagnie.
 
Dieu nous fit sans nous consulter :
Rien ne saurait lui résister ;
      Ma carrière est remplie.
À force de devenir vieux,
Peut-on se flatter d’être mieux ?
      Bonsoir la compagnie.
 
Nul mortel n’est ressuscité
Pour nous dire la vérité
      Des biens de l’autre vie :
Une profonde obscurité
Est le sort de l’humanité.
      Bonsoir la compagnie.
 
Rien ne périt entièrement,
Et la mort n’est qu’un changement,
      Dit la philosophie.
Que ce système est consolant !
Je chante en adoptant ce plan :
      Bonsoir la compagnie.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Touriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évaluations récentes

Verlaine : Un soir d’octobre

Commentaires récents

De Cochonfucius sur «Je venais de laisser ma Jeanne qui dépouille...» (Motin)

De Cochonfucius sur «Notre vie est semblable à la lampe enfumée...» (Chassignet)

De Cochonfucius sur «Passant dernièrement des Alpes au travers —...» (Jodelle)

De René Guy Cadou sur Max Jacob

De Christian sur «Mon âme a son secret, ma vie a son mystère...» (Arvers)

De Christian sur Golgotha (Saint-Pol-Roux)

De Christian sur Marie Noël

De monique sur Hugo

De Teillard André sur Sur quelques mauvaises manières de parler (Marot)

De Jean ZAINO poète sur Francis Jammes

De Favreau sur Sonnet : «Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre...» (Mallarmé)

De Margareta Noeske sur Saint-Pol-Roux

De Jean Donati sur Élégie première : «Mon cher Samain...» (Jammes)

De ROLAND sur Le pauvre pion (Jammes)

De ZAINO, poète sur Prière pour avoir une femme simple (Jammes)

De ZAINO jean,poète sur Viens, je te mettrai (Jammes)

De Jean ZAINO sur J’allai à Lourdes (Jammes)

De fanfan sur «Le Passé maugréait et frappait à la porte...» (Derème)

De tagada sur Scarbo : «Oh ! que de fois je l’ai entendu et vu...» (Bertrand)

De Myrrha-El sur «C’est presque l’invisible qui luit...» (Rilke)

De JOSEPH sur «La femme à l’homme est un mal nécessaire...» (Fiefmelin)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présentation

Accueil

À propos

Contact

Signaler une erreur

Un petit mot ?

Soutien

Faire un don