Valery Larbaud

Poèmes par un riche amateur, 1908


Le Don de soi-même


 
Je m’offre à chacun comme sa récompense ;
Je vous la donne même avant que vous l’ayez méritée.
 
Il y a quelque chose en moi,
Au fond de moi, au centre de moi,
Quelque chose d’infiniment aride
Comme le sommet des plus hautes montagnes ;
Quelque chose de comparable au point mort de la rétine,
Et sans écho,
Et qui pourtant voit et entend ;
Un être ayant une vie propre, et qui, cependant,
Vit toute ma vie, et écoute, impassible,
Tous les bavardages de ma conscience.
 
Un être fait de néant, si c’est possible,
Insensible à mes souffrances physiques,
Qui ne pleure pas quand je pleure,
Qui ne rit pas quand je ris,
Qui ne rougit pas quand je commets une action honteuse,
Et qui ne gémit pas quand mon cœur est blessé ;
Qui se tient immobile et ne donne pas de conseils,
Mais semble dire éternellement :
« Je suis là, indifférent à tout. »
 
C’est peut-être du vide comme est le vide,
Mais si grand que le Bien et le Mal ensemble
Ne le remplissent pas.
La haine y meurt d’asphyxie,
Et le plus grand amour n’y pénètre jamais.
 
Prenez donc tout de moi : le sens de ces poèmes,
Non ce qu’on lit, mais ce qui paraît au travers malgré moi :
Prenez, prenez, vous n’avez rien.
Et où que j’aille, dans l’univers entier,
Je rencontre toujours,
Hors de moi comme en moi,
L’irremplissable Vide,
L’inconquérable Rien.
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fiеfmеlin : «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...»

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

Vеrlаinе : «Ιl plеurе dаns mоn сœur...»

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Vеrlаinе : Сhаnsоn d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Quеlquеfоis, аprès dеs ébаts pоlis...»

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Τаilhаdе : Сhоrègе

Dеspоrtеs : «Rесhеrсhе qui vоudrа lеs аppаrеnts hоnnеurs...»

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Un јоur је vis, dеbоut аu bоrd dеs flоts mоuvаnts...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lе mаrdi à lаudеs : «L’оisеаu vigilаnt nоus révеillе...» (Rасinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Jаdis sur À Αlfrеd dе Μussеt (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Сhоrègе (Τаilhаdе)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе