Victor de Laprade


Une voix dans l’herbe


 
Voix des torrents, des mers, dominant toute voix,
              Pins au large murmure.
Vous ne dites pas tout, grandes eaux et grands bois,
              Ce que sent la nature.
 
Vous n’exhalez pas seuls, ô vastes instruments,
              Ses accords gais ou mornes ;
Vous ne faites pas seuls, en vos gémissements,
              Parler l’être sans bornes.
 
Vous ne dites pas seuls les mots révélateurs
              D’un invisible monde ;
L’âme éclate à travers de plus humbles chanteurs,
              Une âme aussi profonde !
 
Le filet d’eau caché sous l’herbe, le buisson,
              La touffe de bruyère,
L’épi, le brin de mousse, ont aussi leur chanson,
              Ont aussi leur prière.
 
Bruit de la goutte d’eau monotone et plaintif,
              Cri des feuilles froissées,
Où, seul, trouve un accent le poète attentif
              Aux choses délaissées ;
 
Murmure inaperçu du brin d’herbe odorant
              Qui tremble à ma fenêtre,
Tu sors, comme la voix du chêne et du torrent,
              Des entrailles de l’être !
 
Tu parles d’infini, comme sur les sommets
              L’orgue des bois immenses.
Qui commencent aussi, sans l’achever jamais,
              L’accord que tu commences.
 
Ainsi vous, cœurs perdus dans l’ombre et dans l’oubli,
              Cœurs muets pour la foule,
Filet d’eau sous la pierre ou l’herbe enseveli,
              Brin de mousse qu’on foule ;
 
L’harmonie est en vous, l’accord triste ou joyeux !
              Et qui bien vous écoute,
Distingue avec amour le flot mystérieux
              Qui filtre goutte à goutte.
 
Ce soupir contenu qui s’exhale à regret
              N’en est pas moins sublime ;
C’est un monde profond autant qu’il est secret,
              Que ce murmure exprime.
 
Mais pour l’entendre, il faut, vers l’humble voix penché,
              Dans un lieu solitaire,
Comme vers le ruisseau sous ces gazons caché,
              S’arrêter et se taire.
 
Or, le sage, écoutant, loin du monde moqueur,
              Dieu dans la moindre brise,
Saisit pour son clavier et garde dans son cœur
              Tous ces bruits qu’on méprise ;
 
Car tous, là-haut, soupirs exhalés, sans témoin,
              Du brin d’herbe ou du hêtre,
Pour l’éternel concert, avec le même soin,
              Sont notés par le Maître !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Lе Drоmаdаirе

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Соignаrd : «Οbsсurе nuit, lаissе tоn nоir mаntеаu...»

Lаfоrguе : Βоufféе dе printеmps

Τоulеt : «Si vivrе еst un dеvоir...»

Ρéguу : Ρrésеntаtiоn dе lа Βеаuсе à Νоtrе-Dаmе dе Сhаrtrеs

Rоdеnbасh : «Lа сhаmbrе аvаit un аir mоrtuаirе еt fеrmé...»

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Lе Drоmаdаirе

Vеrlаinе : L’Αubеrgе

Vеrlаinе : À Hоrаtiо

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Fоurеst : Sаrdinеs à l’huilе

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Rоussеаu : Lе Villаgеоis еt l’Ânе

Αpоllinаirе : Lа Μоuсhе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Gеns dе biеn, vеrtuеuх еt prоbеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеttе sоurсе dе mоrt...» (Gоmbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rеgrеt dеs јоuјоuх (Νеlligаn)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Ιоhаnnеs sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur Lеs Fеuillеs mоrtеs (Gоurmоnt)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Μоntеrrоsо sur Lа Μоuсhе (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Gеf sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz