Victor de Laprade


Une voix dans l’herbe


 
Voix des torrents, des mers, dominant toute voix,
              Pins au large murmure.
Vous ne dites pas tout, grandes eaux et grands bois,
              Ce que sent la nature.
 
Vous n’exhalez pas seuls, ô vastes instruments,
              Ses accords gais ou mornes ;
Vous ne faites pas seuls, en vos gémissements,
              Parler l’être sans bornes.
 
Vous ne dites pas seuls les mots révélateurs
              D’un invisible monde ;
L’âme éclate à travers de plus humbles chanteurs,
              Une âme aussi profonde !
 
Le filet d’eau caché sous l’herbe, le buisson,
              La touffe de bruyère,
L’épi, le brin de mousse, ont aussi leur chanson,
              Ont aussi leur prière.
 
Bruit de la goutte d’eau monotone et plaintif,
              Cri des feuilles froissées,
Où, seul, trouve un accent le poète attentif
              Aux choses délaissées ;
 
Murmure inaperçu du brin d’herbe odorant
              Qui tremble à ma fenêtre,
Tu sors, comme la voix du chêne et du torrent,
              Des entrailles de l’être !
 
Tu parles d’infini, comme sur les sommets
              L’orgue des bois immenses.
Qui commencent aussi, sans l’achever jamais,
              L’accord que tu commences.
 
Ainsi vous, cœurs perdus dans l’ombre et dans l’oubli,
              Cœurs muets pour la foule,
Filet d’eau sous la pierre ou l’herbe enseveli,
              Brin de mousse qu’on foule ;
 
L’harmonie est en vous, l’accord triste ou joyeux !
              Et qui bien vous écoute,
Distingue avec amour le flot mystérieux
              Qui filtre goutte à goutte.
 
Ce soupir contenu qui s’exhale à regret
              N’en est pas moins sublime ;
C’est un monde profond autant qu’il est secret,
              Que ce murmure exprime.
 
Mais pour l’entendre, il faut, vers l’humble voix penché,
              Dans un lieu solitaire,
Comme vers le ruisseau sous ces gazons caché,
              S’arrêter et se taire.
 
Or, le sage, écoutant, loin du monde moqueur,
              Dieu dans la moindre brise,
Saisit pour son clavier et garde dans son cœur
              Tous ces bruits qu’on méprise ;
 
Car tous, là-haut, soupirs exhalés, sans témoin,
              Du brin d’herbe ou du hêtre,
Pour l’éternel concert, avec le même soin,
              Sont notés par le Maître !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Сосhоnfuсius sur L’Αbrеuvоir (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Grаnd Αrbrе (Μérаt)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz