Lamartine

Méditations poétiques, 1849


La Pervenche


 
Pâle fleur, timide pervenche,
Je sais la place où tu fleuris,
Le gazon où ton front se penche
Pour humecter tes yeux flétris !
 
C’est dans un sentier qui se cache
Sous ses deux bords de noisetiers,
Où pleut sur l’ombre qu’elle tache
La neige des fleurs d’églantiers.
 
L’ombre t’y voile, l’herbe égoutte
Les perles de nos nuits d’été,
Le rayon les boit goutte à goutte
Sur ton calice velouté.
 
Une source tout près palpite,
Où s’abreuve le merle noir ;
Il y chante, et moi j’y médite
Souvent de l’aube jusqu’au soir.
 
Ô fleur, que tu dirais de choses
À mon amour, si tu retiens
Ce que je dis à lèvres closes
Quand tes yeux me peignent les siens !
 

Commentaire (s)
Déposé par Mayer le 27 avril 2013 à 18h20

j’ai cette poésie avec, à la fin du 1er § :
- pour mieux charmer nos yeux épris -
au lieu de
- pour humecter tes yeux flétris -
Je retrouve ce dernier vers plus souvent que celui qui fait l’objet de mon commentaire.
Quelqu’un pour confirmer ?
Cordialement

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 27 avril 2013 à 19h55

Votre version ne semble se trouver, sur Internet, qu’ici :
  http://fiumorbo.blog.kazeo.com/index.php?idblogp=1327107
Quelqu’un qui s’est plu à retoucher le poème de Lamartine ? Il faudrait demander le blogueur...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 7 octobre 2021 à 14h23


Mon oncle, un fameux bricoleur
-----

L’oncle ruminait sa revanche
Sur les insolents beaux esprits.
Ah ! J’ai la mémoire qui flanche,
Grondait-il, ah, j’ai rien compris !                
 
Il ne voulait pas que l’on sache,
(Il était un peu cachottier)
Mais grommelait dans sa moustache
Qu’il n’y aurait pas de pitié.
 
Il s’écriait : donc, ils s’en foutent !
Donc, je suis un âne bâté !
Tous ces jean-foutre me dégoûtent
Et je ne vais pas les rater.
 
Or, voilà qu’il se précipite
Dans la cave un dimanche soir
Avec un rouleau de cordite ;
On est tous accourus pour voir.

On n’appréhendait pas grand chose,
On ne distinguait pas très bien ;
Lorsque, soudain : la bombe explose !
Du coup, on n’y voyait plus rien.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

Vеrlаinе : «Ιl plеurе dаns mоn сœur...»

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Jаdis sur «Τu nе m’еs pаs dе tеs fаvеurs аvаrе...» (Τуаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе (Νоuvеаu)

De Jаdis sur Ρауsаgе gris (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Εstоurnеаu, је nе puis аimеr unе puсеllе...» (Βrаntômе)

De Jаdis sur À un viеil аrbrе (Lе Μау)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur L’Εrmitе (Αpоllinаirе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе