Jules Laforgue

Le Sanglot de la Terre (et autres premiers poèmes)


Rêve


 
Je ne puis m’endormir ; je songe, au bercement
De l’averse emplissant la nuit et le silence.
On dort, on aime, on joue. Oh ! par la Terre immense,
Est-il quelqu’un qui songe à moi, dans ce moment ?
 
Le Témoin éternel qui trône au firmament,
Me voit-il ? me sait-il ? Qui dira ce qu’il pense?
Tout est trop triste et sale. — À quoi bon l’Existence ?
Si ce Globe endormi gelait subitement ?
 
Si rien ne s’éveillait demain ! Oh ! quel grand rêve !
Plus qu’un stupide bloc sans mémoire et sans sève
Qui sent confusément le Soleil et le suit.
 
Les siècles passent. Nul n’est là. Pas d’autre bruit
Que le vent éternel et l’eau battant les grèves....
Rien qu’un Cercueil perdu qui flotte dans la Nuit.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 15 septembre 2015 à 11h23

Croisière de l’héraldiste
------------------------------

L’héraldiste, emporté par le lent bercement
Du grand courant marin, qui progresse en silence,
Traverse un long lambeau de l’Océan immense,
Et notez que cela lui prend un bon moment.

Cinq cent millions de feux brillent au firmament ;
Leur clarté se répand, bien plus qu’on ne le pense.
L’héraldiste n’a point souci de l’existence,
Tous ses petits soucis s’en vont, subitement.

La mer se fait d’azur, comme dans un beau rêve,
Sur les îles, les bois sont éclatants de sève,
L’homme écoute avec joie la mouette qui le suit.

Qu’importe si l’on doit remonter sur la grève,
Retrouver le sol ferme, et le monde, et le bruit :
Survivra la douceur de cette belle nuit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jacques Lacan le 4 août 2016 à 11h32


 Hiatus irrationnalis           1933
-------------------------

                                      Παντα ῥει
   

   Choses que coule en vous la sueur ou la sève,
   Formes, que vous naissiez de la forge ou du sang,
   Votre torrent n’est pas plus dense que mon rêve,
   Et si je ne vous bats d’un désir incessant,

   Je traverse votre eau, je tombe vers la grève
   Où m’attire le poids de mon démon pensant ;
   Seul il heurte au sol dur sur quoi l’être s’élève,
   Le mal aveugle et sourd, le dieu privé de sens.

   Mais, sitôt que tout verbe a péri dans ma gorge,
   Choses qui jaillissez du sang ou de la forge,
   Nature –, je me perds au flux d’un élément :

   Celui qui couve en moi, le même vous soulève,
   Formes que coule en vous la sueur ou la sève,
   C’est le feu qui me fait votre immortel amant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 août 2016 à 12h11

Un oiseau lacanien
-------------------------


Le faucon lacanien est un buveur de sève,
  Il en fait du nectar, il la transforme en sang,
   Il est Horus, le dieu dont le monde est le rêve,
  Il parcourt le cosmos de son vol incessant,

  Il franchit la montagne et plane sur la grève
  Où voudraient l’affronter mille démons pensants ;
  Il tourne autour d’une île, il plonge et puis s’élève,
  C’est Horus le vainqueur, c’est Horus le puissant;

  Nul tigre ne surgit pour le mordre à la gorge,
  Il ne craint aucune arme issue d’humaine forge,
  Il est maître du temps comme des éléments.

  Le peuple contre lui jamais ne se soulève,
  Son prêtre dit pour lui des oraisons, sans trêve :
  Hathor, la Sainte Vache, en fera son amant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 décembre 2018 à 21h43

Faucon visionnaire
---------------

Il apprécie le monde, il en goûte la sève,
Lui qui peut sans effroi verser son noble sang.
C’est un grand voyageur, c’est un oiseau qui rêve,
Son regard est précis, son envol est puissant.

Il salue en passant la mouette sur la grève
Où je les vois tous deux, s’amusant et dansant
Sous la bénédiction du soleil qui s’élève ;
On entend de la mer le murmure incessant.

La licorne survient et chante à pleine gorge,
Reprenant quelques vers qu’un vieux poète forge,
Qui aux textes anciens prennent leurs éléments.

 Le faucon, ce penseur, nous dit des choses brèves
 Que d’autres animaux vont répétant sans trêve,
 Dont je crois me trouver plus sage, assurément.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 août 2020 à 16h05

Forêt des bons et mauvais rêves
------------

La branche sous la brise a bougé doucement
Sans nullement trembler, sans rompre le silence ;
Presque plus d’animaux dans la forêt immense,
Nous l’avons remarqué depuis un bon moment.

Clairs sont les beaux sentiers sous le noir firmament,
Le goupil prédateur les suit quand il y pense ;
Des insectes obscurs mènent leur existence,
Leur destin sans relief s’écoule lentement.

Un cerf voudrait savoir si ce n’est pas un rêve,
Il s’approche d’un arbre à la brûlante sève ;
Son âme l’accompagne et sa crainte le suit.

Or, cette crainte en lui n’aura jamais de trêve,
Ce genre d’animal sursaute au moindre bruit ;
Mais il se calmera quand tombera la nuit.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Сосhоnfuсius sur L’Αbrеuvоir (Αutrаn)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе