Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


La vie qu’elles me font mener


 
                Pas moi, despotiques Vénus
                Offrant sur fond d’or le Lotus
                Du Mal, coiffées à la Titus !
                            Pas moi, Circées
Aux yeux en grand deuil violet comme des pensées !
                            Pas moi, binious
Des Papesses des blancs Champs-Élysées des fous,
                Qui vous relayez de musiques
                Par le calvaire de techniques
                Des sacrilèges domestiques !
 
                Le mal m’est trop ! tant que l’Amour
                S’échange par le temps qui court
                Simple et sans foi comme un bonjour,
                            Des jamais franches
À celles dont le Sort vient le poing sur la hanche,
                            Et que s’éteint
La Rosace du Temple, à voir, dans le satin,
                Ces sexes livrés à la grosse
                Courir, en valsant, vers la Fosse
                Commune des Modernes Noces.
 
                Ô Rosace ! leurs charmants yeux
                C’est des vains cadrans d’émail bleu
                Qui marquent l’heure que l’on veut,
                            Non des pétales,
De ton Soleil des Basiliques Nuptiales !
                            Au premier mot,
Peut-être (on est si distinguée à fleur de peau !)
                Elles vont tomber en syncope
                Avec des regards d’antilope ; —
                Mais tout leur être est interlope !
 
                Tu veux pas fleurir fraternel ?
                C’est bon, on te prendra tel quel,
                Petit mammifère usuel !
                            Même la blague
Me chaut peu de te passer au doigt une bague.
                            — Oh! quel grand deuil,
Pourtant ! leur ferait voir leur frère d’un autre œil !
                Voir un égal d’amour en l’homme
                Et non une bête de somme
                Là pour lui remuer des sommes !
 
                Quoi ? vais-je prendre un air géant,
                Et faire appeler le Néant ?
                Non, non ; ce n’est pas bienséant.
                            Je me promène
Parmi les sommités des colonies humaines ;
                            Du bout du doigt
Je feuillette les versions de l’Unique Loi,
                Et je vivotte, et m’inocule
                Les grands airs gris du crépuscule,
                Et j’en garule ! et j’en garule !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs fеuх dе lа Sаint-Jеаn (Hаbеrt)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Ιntériеur (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Rêvаnt pаrmi сеs bоis, је vоis s’еntrеbаisеr...» (Αubеspinе)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе