Jules Laforgue

Le Sanglot de la Terre (et autres premiers poèmes)


La Petite Infanticide


 
Ô saisons d’Ossian, ô vent de province,
Je mourrais encor pour peu que t’y tinsses
      Mais ce serait de la démence
                  Oh ! je suis blasée
                  Sur toute rosée
 
Le toit est crevé, l’averse qui passe
En évier public change ma paillasse,
      Il est temps que ça cesse
 
                  Les gens d’en bas
            Et les voisins se plaignent
            Que leur plafond déteigne
 
Oh ! Louis m’a promis, car je suis nubile
De me faire voir Paris la grand ville
      Un matin de la saison nouvelle
            Oh ! mère qu’il me tarde
            D’avoir là ma mansarde...
 
Des Édens dit-il, des belles musiques
Où des planches anatomiques passent...
            Tout en faisant la noce
            Et des sénats de ventriloques
                  Dansons la farandole
                  Louis n’a qu’une parole
 
Et puis comment veut-on que je précise
Dès que j’ouvre l’œil tout me terrorise.
      Moi j’ai que l’extase, l’extase
 
            Tiens, qui fait ce vacarme ?...
            Ah ! ciel le beau gendarme
            Qui entr’ par la lucane.
 
                  Taïaut ! taïaut !
                  À l’échafaud !
 
Et puis on lui a guillotiné son cou,
Et ça n’a pas semblé l’affecter beaucoup
      (de ce que ça n’ait pas plus affecté sa fille)
Mais son ami Louis ça lui a fait tant de peine
Qu’il s’a du pont des Arts jeté à la Seine
 
            Mais un grand chien terr’ neuve
            L’a retiré du fleuve
 
            Or justement passait par là
            La marquise de Tralala,
            Qui lui a offert sa main
            D’un air républicain.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе