Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


L’aurore-promise


 
                        Vois, les Steppes stellaires
                        Se dissolvent à l’aube....
                        La Lune est la dernière
                        À s’effacer, badaude.
 
Oh ! que les cieux sont loin, et tout ! Rien ne prévaut !
Contre cet infini ; c’est toujours trop nouveau !....
 
                        Et vrai, c’est sans limites !....
                        T’en fais-tu une idée,
                        Ô jeune Sulamite
                        Vers l’aurore accoudée ?
 
L’Infini à jamais ! comprends-tu bien cela ?
Et qu’autant que ta chair existe un au-delà ?
 
                        Non ; ce sujet t’assomme.
                        Ton Infini, ta sphère,
                        C’est le regard de l’Homme,
                        Patron de cette Terre.
 
Il est le Fécondeur, le Galant Chevalier
De tes couches, la Providence du Foyer !
 
                        Tes yeux baisent Sa Poigne,
                        Tu ne te sens pas seule !
                        Mais lui bat la campagne
                        Du ciel, où nul n’accueille !....
 
Nulle Poigne vers lui, il a tout sur le dos ;
Il est seul ; l’Infini reste sourd comme un pot.
 
                        Ô fille de la Terre,
                        Ton dieu est dans ta couche !
                        Mais lui a dû s’en faire,
                        Et si loin de sa bouche !...
 
Il s’est fait de bons dieux, consolateurs des morts.
Et supportait ainsi tant bien que mal son sort,
 
                        Mais bientôt, son idée,
                        Tu l’as prise, jalouse !
                        Et l’as accommodée
                        Au culte de l’Épouse !
 
Et le Déva d’antan, Bon Cœur de l’Infini
Est là.... — pour que ton lit nuptial soit béni !
 
                        Avec tes accessoires,
                        Ce n’est plus qu’une annexe
                        Du Tout-Conservatoire
                        Où s’apprête Ton Sexe.
 
Et ces autels bâtis de nos terreurs des cieux
Sont des comptoirs où tu nous marchandes tes yeux !
 
                        Les dieux s’en vont. Leur père
                        S’en meurt. — Ô Jeune Femme,
                        Refais-nous une Terre
                        Selon ton corps sans âme !
 
Ouvre-nous tout Ton Sexe ! et, sitôt, l’Au-delà
Nous est nul ! Ouvre, dis ? tu nous dois bien cela...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе