Jules Laforgue


Encore cet astre


 
Espèce de soleil ! tu songes : — Voyez-les,
Ces pantins morphinés, buveurs de lait d’ânesse
Et de café ; sans trêve, en vain, je leur caresse
L’échine de mes feux, ils vont étiolés ! —
 
— Eh ! c’est toi, qui n’as plus que des rayons gelés !
Nous, nous, mais nous crevons de santé, de jeunesse !
C’est vrai, la Terre n’est qu’une vaste kermesse,
Nos hourrahs de gaîté courbent au loin les blés.
 
Toi seul claques des dents, car tes taches accrues,
Te mangent, ô Soleil, ainsi que des verrues
Un vaste citron d’or, et bientôt, blond moqueur,
 
Après tant de couchants dans la pourpre et la gloire,
Tu seras en risée aux étoiles sans cœur,
Astre jaune et grêlé, flamboyante écumoire !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er avril 2018 à 16h44

Cardinal Lapinot
---------------------

Ses nouveaux ornements, quel luxe ; admirez-les !
Étole de renard, chasuble en peau d’ânesse,
Et crosse douce aux mains qui sans fin la caressent ;
Faut dire que son grade, il ne l’a pas volé.

Il ramène à la foi de nombreux coeurs gelés,
La foi du charbonnier, la foi de leur jeunesse ;
Il prêche à la taverne, il prêche à la kermesse,
Dans la forêt lointaine et dans les champs de blé.

Devenir cardinal, ce sont tâches accrues,
Ça lui fait moins de temps pour flâner dans les rues,
Moins d’excellents sonnets, moins de quatrains moqueurs.

Mais c’est le Vatican dans la pourpre et la gloire,
C’est, dans la compagnie du pape au noble coeur,
Sur l’éternel Serpent remporter la victoire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 1er avril 2018 à 22h57

Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi espèce de canaille

Bâh non . .mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais aux autres de l’univers d’avant
d’où je ne serais plus . . ailleurs dorénavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh oui je me lâche

Ou ma foi je m’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour !
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

________01/04/2018 ______Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 2 avril 2018 à 20h46

J’avais oublié le lien d’inspiration :  
http://www.actuabd.com/Lewis-Trondheim-et-L-Association-redonnent-vie-a-Lapinot-et-se-mettent-au-48cc


Et la correction du sonnet car je suis 1 peu hase . . parfois !

 Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi ma petite canaille  

Bah non . . Mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais à ceux de l’univers d’avant
Où je ne serais plus . . ailleurs dorénanavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh bin oui je me lâche

Ou ma foi on s’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

__________01/04/2018 ________Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе