Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des voix sous le figuier boudhique


 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Ah ! ah !
                  Il neige des hosties
                  De soie, anéanties
                              Ah ! Ah !
                              Alleluia !
 
 

LES VOLUPTANTES


 
La lune en son halo ravagé n’est qu’un œil
Mangé de mouches, tout rayonnant des grands deuils.
 
Vitraux mûrs, déshérités, flagellés d’aurores,
Les Yeux Promis sont plus dans les grands deuils encore.
 
 

LES PARANYMPHES


 
            Les concetti du crépuscule
            Frisaient les bouquets de nos seins ;
            Son haleine encore y circule,
            Et, leur félinant le satin,
            Fait s’y pâmer deux renoncules.
 
            Devant ce Maître Hypnotiseur,
            Expirent leurs frou-frou poseurs ;
            Elles crispent leurs étamines,
            Et se rinfiltrent leurs parfums
                  Avec des mines
                  D’œillets défunts.
 
 

LES JEUNES GENS


 
Des rêves engrappés se roulaient aux collines,
Feuilles mortes portant du sang des mousselines
 
Cumulus, indolents roulis, qu’un vent tremblé
Vint carder un beau soir de soifs de s’en aller !
 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Ah ! ah !
                  Il neige des cœurs
                  Noués de faveurs,
                              Ah ! ah !
                              Alleluia !
 
 

LES VOLUPTANTES


 
Reviens, vagir parmi mes cheveux, mes cheveux
Tièdes, Je t’y ferai des bracelets d’aveux !
 
Entends partout les Encensoirs les plus célestes,
L’univers te garde une note unique ! reste...
 
 

LES PARANYMPHES


 
                  C’est le nid meublé
                  Par l’homme idolâtre ;
                  Les vents déclassés
                  Des mois près de l’âtre ;
                  Rien de passager,
                  Presque pas de scènes ;
                  La vie est si saine,
            Quand on sait s’arranger.
                  Ô fiancé probe,
                  Commandons ma robe !
Hélas ! le bonheur est là, mais lui se dérobe.
 
 

LES JEUNES GENS


 
Bestiole à chignon, Nécessaire divin
Os de chatte, corps de lierre, chef-d’œuvre vain !
 
Ô femme, mammifère à chignon, ô fétiche,
On t’absout ; c’est un Dieu qui par tes yeux nous triche.
 
Beau commis voyageur, d’une Maison là-haut,
Tes yeux mentent ! ils ne nous diront pas le Mot !
 
Et tes pudeurs ne sont que des passes réflexes
Dont joue un Dieu très fort (Ministère des sexes).
 
Tu peux donc nous mener au Mirage béant,
Feu follet connu, vertugadin du Néant ;
 
Mais, fausse sœur, fausse humaine, fausse mortelle,
Nous t’écartèlerons de hontes sensuelles
 
Et si ta dignité se cabre ? à deux genoux,
Nous te fermerons la bouche avec des bijoux.
 
– Vie ou Néant ! choisir. Ah quelle discipline !
Que n’est-il un Éden entre ces deux usines ?
 
            Bon ; que tes doigts sentimentals
            Aient pour nos fronts au teint d’épave
            Des condoléances qui lavent
            Et des trouvailles d’animal.
 
            Et qu’à jamais ainsi tu ailles,
            Le long des étouffants dortoirs,
            Égrenant les bonnes semailles,
            En inclinant ta chaste taille
            Sur les sujets de tes devoirs.
 
            Ah ! pour une âme trop tanguée,
            Tes baisers sont des potions
            Qui la laissent là, bien droguée,
            Et s’oubliant à te voir gaie,
            Accomplissant tes fonctions
            En point narquoise Déléguée.
 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Des ramiers
                              Familiers
                  Sous nos jupes palpitent !
                  Doux Çakya, venez vite
                  Les faire prisonniers !
 
 

LE FIGUIER


 
Défaillantes, les Étoiles que la lumière
Épuisé, battent plus faiblement des paupières.
 
Le ver luisant s’éteint à bout, l’Être pâmé
Agonise à tâtons et se meurt à jamais.
 
Et l’Idéal égrène en ses mains fugitives
L’éternel chapelet des planètes plaintives.
 
            Pauvres fous, vraiment pauvres fous !
            Puis, quand on a fait la crapule,
            On revient geindre au crépuscule,
            Roulant son front dans les genoux
            Des Saintes boudhiques Nounous.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Cоmmеntaires récеnts

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе