Jules Laforgue


Complainte des blackboulés


 
« Ni vous, ni votre art, monsieur. » C’était un dimanche,
                                        Vous savez où. 
                                        À vos genoux,
Je suffoquai, suintant de longues larmes blanches.
 
L’orchestre du jardin jouait ce « si tu m’aimes »
                                        Que vous savez ;
                                        Et je m’en vais
Depuis, et pour toujours, m’exilant sur ce thème. 
 
Et toujours, ce refus si monstrueux m’effraie
                                        Et me confond
                                        Pour vous au fond,
Si Regard-Incarné ! si moi-même ! si vraie ! 
 
Bien. – Maintenant, voici ce que je vous souhaite,
                                        Puisque, après tout,
                                        En ce soir d’août, 
Vous avez craché vers l’Art, par-dessus ma tête.
 
Vieille et chauve à vingt ans, sois prise pour une autre,
                                        Et sans raison,
                                        Mise en prison,
Très loin, et qu’un geôlier, sur toi, des ans, se vautre.
 
Puis, passe à Charenton, parmi de vagues folles,
                                        Avec Paris
                                        Là-bas, fleuri,
Ah ! rêve trop beau ! Paris où je me console. 
 
Et demande à manger, et qu’alors on confonde !
                                        Qu’on croie à ton
                                        Refus ! et qu’on 
Te nourrisse, horreur ! horreur ! horreur ! à la sonde. 
 
La sonde t’entre par le nez, Dieu vous bénisse !
                                        À bas, les mains !
                                        Et le bon vin,
Le lait, les œufs te gavent par cet orifice. 
 
Et qu’après bien des ans de cette facétie,
                                        Un interne (aux
                                        Regards loyaux !)
Se trompe de conduit ! et verse, et t’asphyxie.
 
Et voilà ce que moi, guéri, je vous souhaite,
                                        Cœur rose, pour
                                        Avoir un jour
Craché sur l’Art ! l’Art pur ! sans compter le poète. 
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе