Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de Lord Pierrot


 
                              Au clair de la lune,
                              Mon ami Pierrot,
                              Filons, en costume,
                              Présider là-haut !
                              Ma cervelle est morte,
                              Que le Christ l’emporte ! 
                              Béons à la Lune,
                              La bouche en zéro.
 
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes. 
 
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.) 
 
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ; 
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe. 
 
      Vénus, énorme comme le Régent,
      Déjà se pâme à l’horizon des grèves ; 
      Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
      De s’étourdir en longs trilles de rêves !
      Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
      Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
      En costume blanc, je ferai le cygne,
      Après nous le Déluge, ô ma Léda !
      Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
      Que tu grelottes en rires affreux,
      Hop ! enlevons sur les horizons fades
      Les menuets de nos pantalonnades !
                            Tiens ! l’Univers
                            Est à l’envers...
 
                    – Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
– Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir ! 
 
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
 
              D’ici là, qu’il me soit permis
              De vivre de vieux compromis. 
 
              Où commence, ou finit l’humaine 
              Ou la divine dignité ?
              Jonglons avec les entités,
              Pierrot s’agite et Tout le mène ! 
              Laissez faire, laissez passer ;
              Laissez passer, et laissez faire :
              Le semblable, c’est le contraire, 
 
              Et l’univers, c’est pas assez !
              Et je me sens, ayant pour cible
              Adopté la vie impossible,
              De moins en moins localisé ! 
 
                    — Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
              — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
              Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères ! 
              Les pauvres Vénus bocagères
              Ont la roupie à leur nez grec ! 
 
                    — Oh ! de moins en moins drôle ;
                    Pierrot sait mal son rôle ? 
 
– J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ; 
 
                Sûr d’aller, ma vie entière,
                Malheureux comme les pierres. (Bis.)
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρоur unе аnаtоmiе (Guillеt)

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе