Jules Laforgue


Complainte de la bonne Défunte


 
Elle fuyait par l’avenue,
Je la suivais illuminé,
Ses yeux disaient : « J’ai deviné
Hélas ! que tu m’as reconnue ! »
 
Je la suivis illuminé !
Yeux désolés, bouche ingénue,
Pourquoi l’avais-je reconnue,
Elle, loyal rêve mort-né ?
 
Yeux trop mûrs, mais bouche ingénue ;
Œillet blanc, d’azur trop veiné ;
Oh ! oui, rien qu’un rêve mort-né,
Car, défunte elle est devenue.
 
Gis, œillet, d’azur trop veiné,
La vie humaine continue
Sans toi, défunte devenue.
– Oh ! je rentrerai sans dîner !
 
Vrai, je ne l’ai jamais connue.
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire(s)

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Rоnsаrd : «Μаriе, vоus аvеz lа јоuе аussi vеrmеillе...»

Lоrrаin : Αimé !

Αdеlswärd-Fеrsеn : «Ô mоrphinе аpаisаntе, ô pаrfum dе l’оubli...»

Μusеlli : Ρlus tаrd

Ρеllеrin : «L’оpium еt lui vоus оnt pris...»

Сhаdоurnе : Jаrdins dе nоvеmbrе

Quillаrd : Сhаmbrе d’аmоur

Сlémеnt Μаrоt

Lасhаmbеаudiе : Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаmbrе dоublе (Βаudеlаirе)

De Сhristiаn sur «J’аdоrе lеs mаgаsins...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Fuméеs (Sаuvаgе)

De Сосhоnfuсius sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De Ιо Kаnааn sur L’Ιnvitаtiоn аu Vоуаgе : «Μоn еnfаnt, mа sœur...» (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur Splееn (Ο'Νеddу)

De frédériс sur Léо Lаrguiеr

De саrtiеr sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Snоwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De bоurоunасhе sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De vеrstrеkеn sur Соnsоlаtiоn (Hоuvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn