Jules Laforgue


Complainte de la bonne Défunte


 
Elle fuyait par l’avenue,
Je la suivais illuminé,
Ses yeux disaient : « J’ai deviné
Hélas ! que tu m’as reconnue ! »
 
Je la suivis illuminé !
Yeux désolés, bouche ingénue,
Pourquoi l’avais-je reconnue,
Elle, loyal rêve mort-né ?
 
Yeux trop mûrs, mais bouche ingénue ;
Œillet blanc, d’azur trop veiné ;
Oh ! oui, rien qu’un rêve mort-né,
Car, défunte elle est devenue.
 
Gis, œillet, d’azur trop veiné,
La vie humaine continue
Sans toi, défunte devenue.
– Oh ! je rentrerai sans dîner !
 
Vrai, je ne l’ai jamais connue.
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire(s)

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Jаmmеs : Élégiе trоisièmе : «Се pауs а lа frаîсhеur...»

Frаnçоis Μауnаrd

Lе Саrdоnnеl : Ιnvосаtiоns d’Αutоmnе

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Gilkin : Lе Μеnsоngе

Lе Саrdоnnеl : Ιnvосаtiоns d’Αutоmnе

Βеаurеgаrd : Lа Βrumе

Μаgnу : «Quаnd un сhаnt sur lе luth mа Μаîtrеssе frеdоnnе...»

Εlskаmp : Αd finеm

Νоël : Сhаnt dе Νоël

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Vеrlаinе : À Dоn Quiсhоttе

Соppéе : «Lа plus lеntе саrеssе, аmiе, еst lа mеillеurе...»

Μас Οrlаn : Lе Βаndаgistе

Μоtin : Du mаlсоntеnt dе lа соur

Αpоllinаirе : Lа Μаndоlinе l’œillеt еt lе bаmbоu

Régniеr : Rеpоs аprès l’аmоur

Νеlligаn : Lеs Соrbеаuх

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Vаissеаu Spесtrе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Сосhоnfuсius sur Stаtuе pоur tоmbеаu (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Viе idéаlе (Сrоs)

De Αlех2s sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De bоurоunасhе sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De vеrstrеkеn sur Соnsоlаtiоn (Hоuvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn