Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de l’automne monotone


 
      Automne, automne, adieux de l’Adieu !
      La tisane bout, noyant mon feu ;
                    Le vent s’époumonne
À reverdir la bûche où mon grand cœur tisonne.
                    Est-il de vrais yeux ?
      Nulle ne songe à m’aimer un peu.
 
                            Milieux aptères,
                            Ou sans divans ;
                            Regards levants,
                            Deuils solitaires
                            Vers des Sectaires !
 
      Le vent, la pluie, oh ! le vent, la pluie !
      Antigone, écartez mon rideau ;
                    Cet ex-ciel tout suie,
Fond-il decrescendo, statu quo, crescendo ?
                    Le vent qui s’ennuie,
      Retourne-t-il bien les parapluies ?
 
                            Amours, gibiers !
                            Aux jours de givre,
                            Rêver sans livre,
                            Dans les terriers
                            Chauds de fumiers !
 
      Plages, chemins de fer, ciels, bois morts, 
      Bateaux croupis dans les feuilles d’or,
                    Le quart aux étoiles,
Paris grasseyant par chic aux prises de voiles : 
                    De trop poignants cors
      M’ont hallalisé ces chers décors. 
 
                            Meurtres, alertes,
                            Rêves ingrats !
                            En croix, les bras ;
                            Roses ouvertes,
                            Divines pertes !
 
      Le soleil mort, tout nous abandonne. 
      Il se crut incompris. Qu’il est loin !
                    Vent pauvre, aiguillonne
Ces convois de martyrs se prenant à témoins !
                    La terre, si bonne, 
      S’en va, pour sûr, passer cet automne. 
 
                            Nuits sous-marines !
                            Pourpres forêts,
                            Torrents de frais, 
                            Bancs en gésines,
                            Tout s’illumine ! 
 
– Allons, fumons une pipette de tabac,
En feuilletant un de ces si vieux almanachs, 
 
En rêvant de la petite qui unirait
Aux charmes de l’œillet ceux du chardonneret. 
 

Commentaire (s)
Déposé par PipaRap le 16 octobre 2015 à 07h19

Il faut bien que les hopitaux continuent de tourner.  http://lenitsky.com/noviy-singl-zabud-sovmestno-s-d1n/   L enquete de police est toujours en cours.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе