Jules Laforgue


Autre complainte de l’orgue de Barbarie


 
      Prolixe et monocorde,
      Le vent dolent des nuits
      Rabâche ses ennuis,
      Veut se pendre à la corde
              Des puits ! et puis ?
              Miséricorde !
 
— Voyons, qu’est-ce que je veux ?
Rien. Je suis-t-il malhûreux ! 
 
      Oui, les phares aspergent
      Les côtes en sanglots,
      Mais les volets sont clos
      Aux veilleuses des vierges,
              Orgue au galop,
              Larmes des cierges ! 
 
— Après ? qu’est-ce qu’on y peut ?
— Rien. Je suis-t-il malhûreux !
 
      Vous ! fidèle madone,
      Laissez ! Ai-je assisté,
      Moi, votre puberté ?
      Ô jours où Dieu tâtonne,
              Passants d’été,
              Pistes d’automne ! 
 
— Eh bien ! Aimerais-tu mieux...
— Rien. Je suis-t-il malhûreux ! 
 
      Cultes, Littératures,
      Yeux chauds, lointains ou gais,
      Infinis au rabais,
      Tout train-train, rien qui dure,
              Oh ! à jamais
              Des créatures !
 
— Ah ! ça qu’est-ce que je veux ?
— Rien. Je suis-t-il malhûreux ! 
 
      Bagnes des pauvres bêtes,
      Tarifs d’alléluias,
      Mortes aux camélias,
      Oh ! lendemain de fête
              Et paria,
              Vrai, des planètes ! 
 
— Enfin ! quels sont donc tes vœux ?
— Nuls. Je suis-t-il malhûreux ! 
 
      La nuit monte, armistice
      Des cités, des labours.
      Mais il n’est pas, bon sourd,
      En ton digne exercice,
              De raison pour
              Que tu finisses ?
 
— Bien sûr. C’est ce que je veux.
Ah ! je suis-t-il malhûreux ! 
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Rimbаud : Соntе

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Lаfоrguе : Соmplаintе sur сеrtаins еnnuis

Dеubеl : Dеmаin

Lа Сеppèdе : «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...»

Ρirоn : «Εn Frаnсе оn fаit, pаr un plаisаnt mоуеn...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «L’Hоmmе, lе fоrt Liоn ; lе Βœuf, еt l’Αiglе еn pоintе...»

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Hауеm-Grеgh : Ιnvосаtiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Τоur (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut Οrguеil fumе-t-il du sоir...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Dеmаin (Dеubеl)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе