Louise Labé



Luth, compagnon de ma calamité
De mes soupirs témoin irréprochable,
De mes ennuis contrôleur véritable,
Tu as souvent avec moi lamenté :
 
Et tant le pleur piteux t’a molesté,
Que commençant quelque son délectable,
Tu le rendais tout soudain lamentable,
Feignant le ton que plein avait chanté.
 
Et si te veux efforcer au contraire,
Tu te détends et si me contrains taire :
Mais me voyant tendrement soupirer,
 
Donnant faveur à ma tant triste plainte :
En mes ennuis me plaire suis contrainte,
Et d’un doux mal douce fin espérer.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 septembre 2017 à 12h00

Noble chimère d’azur
-------------------------

Se complaisant dans les calamités,
(Car son parcours n’est pas irréprochable),
Cette chimère, un monstre véritable,
Si tu la vois, tu dois te lamenter.

Heureux si tu n’en es point molesté !
La rencontrer n’a rien de délectable,
C’est un visa pour un sort lamentable,
Un vaillant barde, avant moi, l’a chanté.

Si ta parole à son coeur est contraire,
Tu le sais bien, c’est là qu’il faut se taire ;
Et ne va point lourdement soupirer,

Puisqu’un soupir lui paraît une plainte ;
Éloigne-toi, fuyant cette contrainte,
Rien ne peut-on de chimère espérer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 septembre 2019 à 11h58

Trinité sonore
----------

En cas de gloire ou de calamité,
Les trois neveux de ce roi vénérable
Sonnent du cor, signal incomparable
Pour exulter ou pour se lamenter.

Dans leurs combats rudement molestés,
Bien éloignés des plaisirs délectables
Et menacés par des sorts redoutables,
Prendront le cor et le feront chanter.

Il faut sonner quand la chance est contraire,
Ces instruments refusent de se taire :
Je les entends clamer ou soupirer

Le noble roi, recevant cette plainte
Par la distance un petit peu éteinte
Y répondra, j’ose au moins l’espérer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 février 2020 à 11h48

Épineuse trinité
-------------

Je vois au bois la verte trinité,
Trois petits dieux piquants et vénérables ;
Ils ont créé ce monde incomparable
Sans en tirer la moindre vanité.

Je n’y ai vu nul serpent serpenter,
Ni proposer aucun fruit délectable ;
Il est absent, ce démon redoutable,
Des créateurs la gloire on peut chanter.

Cet univers n’est pas triste, au contraire,
Il est bâti sur de joyeux mystères
Dont ne sont point nos esprits égarés.

Les gens d’ici n’observent nulle astreinte,
Leurs pieds au sol ne laissent pas d’empreintes ;
Ce monde existe, ou je peux l’espérer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 avril 2020 à 12h28

Au pays des chimères
----------  

Ce continent est presque inhabité,
Mais il y pousse une forêt d’érables ;
Jadis y fut un peuple misérable
Que détruisit une calamité.

Un spectre alors vint ce terroir hanter,
Qui composa des chants inimitables ;
Ce revenant n’était point redoutable,
Qui s’occupait de boire et de chanter.

Cette musique attira des chimères
Qui ont bâti quelques logis sommaires,
Et cette troupe, ensuite, a prospéré.

Si tu y vas, ne montre nulle crainte,
Mais garde-toi pourtant de leurs étreintes,
Laisse-les donc vainement soupirer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 mai 2022 à 12h33

Langue des cygnes
--------------

Notre jargon ne peut être imité,
Il est obscur, il est indécryptable ;
Des cygnes c’est la langue véritable,
Dame Léda dit l’avoir inventé.

Celle par qui fut Pollux enfanté
En a charmé son amant redoutable ;
De nous l’apprendre, elle fut charitable,
Avec ces mots nous pouvons mieux chanter.

Chacun des mots rime avec son contraire,
Tous sont vivants, mais aucun n’est vulgaire,
Entre eux, parfois, il semblent conspirer/

De nos aïeux nous restent des complaintes,
Nos troubadours vécurent sans contraintes,
Nous constatons qu’ils ont bien déliré.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе