La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres VII-XI], 1678


Le Dépositaire infidèle


 
              Grâce aux Filles de Mémoire,
              J’ai chanté des animaux ;
              Peut-être d’autres Héros
              M’auraient acquis moins de gloire.
              Le Loup en langue des Dieux
              Parle au Chien dans mes ouvrages.
              Les Bêtes à qui mieux mieux
              Y font divers personnages ;
              Les uns fous, les autres sages,
              De telle sorte pourtant
              Que les fous vont l’emportant ;
              La mesure en est plus pleine.
              Je mets aussi sur la scène
              Des Trompeurs, des Scélérats,
              Des Tyrans et des Ingrats,
              Mainte imprudence Pécore,
              Force Sots, force Flatteurs ;
              Je pourrais y joindre encore
              Des légions de menteurs :
              Tout homme ment, dit le Sage.
              S’il n’y mettait seulement
              Que les gens du bas étage,
              On pourrait aucunement
              Souffrir ce défaut aux hommes ;
              Mais que tous tant que nous sommes
              Nous mentions, grand et petit,
              Si quelque autre l’avait dit,
              Je soutiendrais le contraire ;
              Et même qui mentirait
              Comme Ésope et comme Homère,
              Un vrai menteur ne serait.
              Le doux charme de maint songe
              Par leur bel art inventé,
              Sous les habits du mensonge
              Nous offre la vérité.
              L’un et l’autre a fait un livre
              Que je tiens digne de vivre
              Sans fin, et plus, s’il se peut :
              Comme eux ne ment pas qui veut.
              Mais mentir comme sut faire
              Un certain Dépositaire,
              Payé par son propre mot,
              Est d’un méchant et d’un sot.
      Voici le fait. Un trafiquant de Perse,
      Chez son voisin, s’en allant en commerce,
      Mit en dépôt un cent de fer un jour.
      Mon fer, dit-il, quand il fut de retour.
Votre fer ? Il n’est plus. J’ai regret de vous dire
          Qu’un Rat l’a mangé tout entier.
J’en ai grondé mes gens : mais qu’y faire ? Un grenier
A toujours quelque trou. Le trafiquant admire
Un tel prodige, et feint de le croire pourtant.
Au bout de quelques jours, il détourne l’enfant
Du perfide voisin ; puis à souper convie
Le père qui s’excuse, et lui dit en pleurant :
          Dispensez-moi, je vous supplie :
          Tous plaisirs pour moi sont perdus.
          J’aimais un fils plus que ma vie ;
Je n’ai que lui ; que dis-je ? hélas ! je ne l’ai plus.
On me l’a dérobé. Plaignez mon infortune.
Le Marchand repartit : Hier au soir sur la brune
Un Chat-huant s’en vint votre fils enlever.
Vers un vieux bâtiment je le lui vis porter.
Le père dit : Comment voulez-vous que je croie
Qu’un Hibou put jamais emporter cette proie ?
Mon fils en un besoin eût pris le Chat-huant.
Je ne vous dirai point, reprit l’autre, comment,
Mais enfin je l’ai vu, vu de mes yeux, vous dis-je,
          Et ne vois rien qui vous oblige
D’en douter un moment après ce que je dis.
          Faut-il que vous trouviez étrange
          Que les Chats-huants d’un pays
Où le quintal de fer par un seul Rat se mange,
Enlèvent un garçon pesant un demi-cent ?
L’autre vit où tendait cette feinte aventure :
          Il rendit le fer au Marchand,
          Qui lui rendit sa géniture.
Même dispute advint entre deux voyageurs.
          L’un d’eux était de ces conteurs
Qui n’ont jamais rien vu qu’avec un microscope.
Tout est Géant chez eux. Écoutez-les, l’Europe
Comme l’Afrique aura des monstres à foison.
Celui-ci se croyait l’hyperbole permise.
J’ai vu, dit-il, un chou plus grand qu’une maison.
Et moi, dit l’autre, un pot aussi grand qu’une église.
Le premier se moquant, l’autre reprit : Tout doux ;
          On le fit pour cuire vos choux.
L’homme au pot fut plaisant ; l’homme au fer fut habile.
Quand l’absurde est outré, l’on lui fait trop d’honneur
De vouloir par raison combattre son erreur ;
Enchérir est plus court, sans s’échauffer la bile.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе