La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livre XII], 1693


Le Cerf malade


 
En pays pleins de Cerfs un Cerf tomba malade.
            Incontinent maint Camarade
Accourt à son grabat le voir, le secourir,
Le consoler du moins ; multitude importune.
            Eh ! Messieurs, laissez-moi mourir.
            Permettez qu’en forme commune
La Parque m’expédie, et finissez vos pleurs.
            Point du tout : les Consolateurs
De ce triste devoir tout au long s’acquittèrent ;
            Quand il plut à Dieu s’en allèrent.
            Ce ne fut pas sans boire un coup,
C’est-à-dire sans prendre un droit de pâturage.
Tout se mit à brouter les bois du voisinage.
La pitance du Cerf en déchut de beaucoup ;
            Il ne trouva plus rien à frire.
            D’un mal il tomba dans un pire,
            Et se vit réduit à la fin
            À jeûner et mourir de faim.
            Il en coûte à qui vous réclame,
            Médecins du corps et de l’âme.
            Ô temps, ô mœurs ! J’ai beau crier,
            Tout le monde se fait payer. 
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 25 août 2019 à 14h40

Le Cerf et l’Ornithorynque
----------------------------------

Un noble Cerf, épris de faste et d’apparat,
Et trouvant le temps long dans sa demeure agreste,
Souhaita recevoir – mais brillamment ; au reste,
Que l’assistance fût nombreuse et admirât
Sa prodigalité. Enfin, il crut bien faire
       D’inviter tous les Mammifères.
Ceux-ci, fort alléchés, comme on le pense bien,
Accoururent avec la plus grande obligeance
       Au jour dit par Son Excellence.
La fête fut exquise et du meilleur maintien :
Le Lièvre y devisait avec l’Hippopotame,
Le Loup avec l’Agneau, l’Ane avec le Lion ;
Le Chat philosophait avec componction,
Et le Singe faisait des courbettes aux dames.
La chère était friande, et la beauté du lieu
Charmait les esprits. Bref, tout allait pour le mieux,
               Quand parut, sans crier gare
               Et venant de Tasmanie,
               Certain Castor ovipare
       Qui, bousculant la compagnie,
       Se précipita de bon cœur
       Sur le buffet et les liqueurs.
On l’y vit déployer un zèle si extrême
Que bientôt il fut saoul comme Bacchus lui-même.
Il plongeait à grand bruit son rostre de canard
Dans les mets les plus fins et les plus délectables,
       Tout en martelant sur la table
De sa queue aplatie un fox-trot goguenard ;
Et, joyeux, éructant avec l’accent angliche,
De sa patte palmée alla jusqu’à flatter
La croupe de l’hôtesse, en lui criant : – Ça biche ?
La dame s’émouvant, le mari alerté
       A la fin voulut protester :
– Monsieur, ne pourriez-vous... Mais à cette apostrophe
               Répliqua le malotru :
               – Cousin, vous êtes cocu,
Vos dix-cors en font foi : vous en avez l’étoffe.
       Il n’y a pas plus c... qu’un Cerf,
Et quant à moi, je reprendrais bien du dessert.

Moralité :

       Jouez l’amphitryon si vous le désirez ;
       Soyez pourtant mieux inspiré :
       Cette fable vous en convainque,
       N’invitez pas l’Ornithorynque.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе