La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


La Mort et le Malheureux. La Mort et le Bûcheron


 
    Un Malheureux appelait tous les jours
              La Mort à son secours.
Ô mort, lui disait-il, que tu me sembles belle !
Viens vite, viens finir ma fortune cruelle.
La Mort crut en venant l’obliger en effet.
Elle frappe à sa porte, elle entre, elle se montre.
    Que vois-je ! cria-t-il, ôtez-moi cet objet ;
          Qu’il est hideux ! que sa rencontre
          Me cause d’horreur et d’effroi !
N’approche pas, ô mort ; ô mort, retire-toi.
          Mécénas fut un galant homme :
Il a dit quelque part : Qu’on me rende impotent,
Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu’en somme
Je vive, c’est assez, je suis plus que content.
Ne viens jamais, ô mort ; on t’en dit tout autant.
 

Ce sujet a été traité d’une autre façon par Ésope, comme la fable suivante le fera voir. Je composai celle-ci pour une raison qui me contraignait de rendre la chose ainsi générale. Mais quelqu’un me fit connaître que j’eusse beaucoup mieux fait de suivre mon original, et que je laissais passer un des plus beaux traits qui fût dans Ésope. Cela m’obligea d’y avoir recours. Nous ne saurions aller plus avant que les Anciens : ils ne nous ont laissé pour notre part que la gloire de les bien suivre. Je joins toutefois ma fable à celle d’Ésope, non que la mienne le mérite, mais à cause du mot de Mécénas que j’y fais entrer et qui est si beau et si à propos que je n’ai pas cru le devoir omettre.


 
Un pauvre Bûcheron, tout couvert de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant et courbé, marchait à pas pesants,
Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
Enfin, n’en pouvant plus d’effort et de douleur,
Il met bas son fagot, il songe à son malheur,
Quel plaisir a-t-il eu depuis qu’il est au monde ?
En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?
Point de pain quelquefois, et jamais de repos.
Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts,
              Le créancier et la corvée
Lui font d’un malheureux la peinture achevée.
Il appelle la Mort. Elle vient sans tarder,
              Lui demander ce qu’il faut faire.
              C’est, dit-il, afin de m’aider
À recharger ce bois ; tu ne tarderas guère.
 
              Le trépas vient tout guérir ;
              Mais ne bougeons d’où nous sommes :
              Plutôt souffrir que mourir,
              C’est la devise des hommes.
 

Commentaire (s)
Déposé par pich24 le 8 janvier 2019 à 05h28

En traversant le Styx d’une barque ramée
Un mortel bûcheron affligé par ses ans
Rêvait à Perséphone hôte en enfers pesants
Et fumoir funéraire à la rive enfumée.

Souffrant de la touffe il souffle au soufre : douleur !
Et mène un havresac pétri de son malheur,
– En bakchich acheté chez les Chineurs du Monde –
Avec la scie au dos pour rentrer dans la ronde.

« Ô Pandémonium ! Ô Mort ! Final repos !
Moi, ton sujet fiscal, perceptrice d’impôts,
Viens succomber à toi, corvéable à corvée,
Sous ta coupe à la faux. Nouvelle œuvre achevée,
J’offre à tes vifs brasiers mon âme sans tarder ! »
Elle, défunte nue, alors ne sait que faire
Et le rejette au Styx, disant : « Comment t’aider ?
La vie a le dessus et je n’y peux mais guère. »

On croit souvent périr sans penser à guérir.
À nous-mêmes, aux dieux, mortifères nous sommes
Quand trot tôt, ou trop las, nous désirons mourir.
Or, vivre chaque instant c’est le métier des hommes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jehan le 8 janvier 2019 à 09h22

             Le trépas viendra tout guérir
             Mais point ne bougeons d’où nous sommes
             Et plutôt souffrir que mourir,
             C’est là la devise des hommes...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xi’an le 14 juillet 2022 à 23h16

Un·e pauvre Bûcheron·ne, tout·e couvert·e de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des an·née·s
Gémissant·e et courbé·e, marchait à pas pesants,
Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
Enfin, n’en pouvant plus d’effort et de douleur,
Iel met bas son fagot, iel songe à son malheur,
Quel plaisir a-t-iel eu depuis qu’iel est au monde ?
En est-il un·e plus pauvre en la machine ronde ?
Point de pain quelquefois, et jamais de repos.
S·on·a copacs, ses enfants, les soldats, les impôts,
             L·e·a créancier·e et la corvée
Lui font d’un·e malheureu·x·se la peinture achevée.
Iel appelle l·e·a Ankou·Mort. Iel vient sans tarder.
— C’était pour mettre ça en écriture inclusive bas-bretonne.
                           Mais c’est bon.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 15 juillet 2022 à 14h53

La basse morale
Et l’ancêtre La Fontaine
La Brigitte du même nom
Le gîte ou la brigitte
La mort ou l’amore
Quel ennui . .
Sauf pour la planète qui se meurt . .
Et c’est pas bon Xi’an.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xi’an le 17 juillet 2022 à 03h35

L’homme au bad habitus a du deûr pour parler dans le langage de ses maîtres.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 18 juillet 2022 à 20h58

Canicule 2022
--------------------

Le soleil, calcinant l’atmosphère enflammée,
Étend sur le pays son fardeau écrasant.
Rissolée à feu vif par ses rayons cuisants,
Ma cervelle est déjà à demi consumée.
Ma chemise hawaïenne a perdu ses couleurs,
Fanée à tout jamais par l’horrible chaleur.
Sur l’autoroute, avant que l’asphalte ne fonde,
Le flot des vacanciers se précipite et gronde,
Fonçant vers le Midi comme un pesant troupeau
De buffles sur les bords du fleuve Limpopo,
       Foule sans loi, troupe énervée.
Depuis la passerelle aux graciles travées,
Avec ravissement je vais les bombarder.
       Juché là-haut, je vocifère,
       Bondissant comme un possédé,
Et jette des cailloux sur la horde grégaire.

       Il est temps d’aller quérir
       Un quartier de tarte aux pommes :
       Je ne vais pas me nourrir
       De ce poème à la gomme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе