La Fontaine


Ballade en réponse à Madame des Houlières


 
Qu’à caution tous amants soient sujets,
C’est une erreur qui les bons décrédite.
On voit au monde assez d’amants discrets
La race encor n’est pas toute détruite ;
Quoi qu’en ait dit femme un peu trop dépite,
Rien n’est changé du siècle d’Amadis,
Hors que pour être amitié maintenue
Plus n’est besoin d’Urgande déconnue ;
On aime encor comme on aimait jadis.
 
Il est bien vrai qu’on choisit les objets :
Plus n’est le temps de dame sans mérite ;
Quand beauté luit sous simples bavolets,
Plus prisés sont que reine décrépite ;
Sous quelque toit que Bonne-Grâce habite,
Chacun y court, jusqu’aux plus refroidis
Depuis Adam cela se continue ;
Et, quand Grâce est de Bonté soutenue,
On aime encor comme on aimait jadis.
 
Dans le vieux temps il fut des cœurs coquets ;
Plus qu’à présent, Amour fut hypocrite
Pas n’est besoin que je prouve ces faits,
C’est vérité dans mainte histoire écrite.
Amants savaient faire la chattemite ;
Ce n’est que d’eux que nous l’avons appris ;
D’eux jusqu’à nous la chose est parvenue :
Puisque par eux elle nous est connue,
On aime encor comme on aimait jadis.
 
Quand Céladon au pays de Forêts
Était prôné comme un amant d’élite,
On vit Hylas, patron des indiscrets,
En plein marché tenir autre conduite.
Bref, en tout temps Amour eut à sa suite
Sujets loyaux et sujets étourdis ;
Or n’en est pas la coutume perdue :
Comme autrefois la mode en est venue,
On aime encor comme on aimait jadis.
 
 

Envoi


 
Toi qui te plains d’Amour et de ses traits,
Dame chagrine, apaise tes regrets ;
Si quelque ingrat rend ton humeur bourrue,
Ne t’en prends point à l’enfant de Cypris ;
Cause il n’est pas de ta déconvenue :
Quand la dame est d’attraits assez pourvue,
On aime encor comme on aimait jadis.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Lасhаmbеаudiе : Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn

Lаfоrguе : Νоël résigné

Αpоllinаirе : Lа Ρеtitе Αutо

Rоstаnd : Βаllаdе dеs grоs dindоns

Ginеstе : Βаllаdе du соupеur dе сhаts

Μоrin : Stаnсеs : «Αh, quе сеs sоuvеnirs dе јеunеssе sоnt tristеs...»

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Hаnnоn : Flеur dеs fièvrеs

Dаuphin : «Μusiquеs оmbrеusеs vеrtеs...»

Νоuvеаu : Épitаphе

Lаrbаud : Lе Dоn dе sоi-mêmе

Vеrhаеrеn : «Τu аrbоrеs pаrfоis сеttе grâсе bénignе...»

Αutrаn : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Klingsоr : Lе Fоu

Rimbаud : Villе

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Jасоb : Ιnvitаtiоn аu vоуаgе

Rасinе : «Lе sоlеil еst tоuјоurs riаnt...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе vеnt dе l’осéаn sifflе à trаvеrs lеs pоrtеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Μоinе dоuх (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Ιо Kаnааn sur L’Ιnvitаtiоn аu Vоуаgе : «Μоn еnfаnt, mа sœur...» (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur Splееn (Ο'Νеddу)

De frédériс sur Léо Lаrguiеr

De саrtiеr sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Snоwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De bоurоunасhе sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De vеrstrеkеn sur Соnsоlаtiоn (Hоuvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn