Étienne Jodelle



 
Dès que ce Dieu sous qui la lourde masse,
De ce grand Tout brouillé s’écartela,
Les cieux plus hauts clairement étoila,
Et d’animaux remplit la terre basse :
 
Et dès que l’homme au portrait de sa face
Heureusement sur la terre il moula,
Duquel l’esprit presqu’au sien égala,
Heurant ainsi sa plus prochaine race :
 
Hélas ! ce Dieu, hélas ! ce Dieu vit bien
Qu’il deviendrait cet homme terrien,
Qui plus en plus son intellect surhausse.
 
Donc tout soudain la Femme va bâtir,
Pour asservir l’homme et l’anéantir
Au faux cuider d’une volupté fausse.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 janvier 2017 à 12h00

Tératoptère
----------------

Ah, quel oiseau ! formidable est sa masse ;
De quatre becs, Nature l’affubla,
Ce dont, jamais, son coeur ne se troubla,
Ni ne broncha son cerveau de limace.

Il voit le ciel avec ses quatre faces,
Qu’au temps jadis, déjà, il contempla,
Et dans lequel, sans doute, il s’accoupla
En vol plané, comme ceux de sa race.

Il ne connaît ni le mal, ni le bien,
Mais on dirait qu’il ne manque de rien,
Car l’univers tous ses désirs exauce.

Vous demandez à quoi cet oiseau sert :
Je vous réponds qu’il a fort tendre chair,
J’en ai mangé, mardi dernier, en sauce.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 novembre 2017 à 12h16

Monachusromulus et Remusmonachus
-----------------------------------------

De vêtements, ils n’en ont pas des masses,
Tout juste ceux dont on les affubla :
Ce dont, jamais, leur coeur ne se troubla,
Ni ne changea leur bienveillante face.

Ils voient le ciel, et le vent qui les glace ;
Ce même ciel que Benoît contempla ;
Ils voient aussi le paysage plat
Où les saisons ne laissent nulle trace.

Sans rechercher ni le mal, ni le bien,
Nous pouvons voir qu’ils ne manquent de rien,
Car l’univers tous leurs désirs exauce.

Vous demandez à quoi leur ordre sert :
Je vous réponds que cela n’est pas clair,
Chacun des deux fit de l’autre la fosse.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 novembre 2019 à 11h26

Piaf-Modeste
------------

Ce bel oiseau modestement s’efface,
La vanité jamais ne l’accabla ;
Seule, une oiselle, un jour, son coeur troubla,
Mais guère plus qu’un nuage qui passe.

C’est un rêveur, ce n’est pas un rapace,
La lune au ciel souvent il contempla ;
Presque amoureux de ce visage plat,
Il dit un mot de prière, à voix basse.

L’obscurité, dont il se trouve bien,
Cette forêt, pour lui c’est mieux que rien,
Il fait des voeux que le hasard exauce.

Il est patient dans la saison d’hiver
Car, il le sait, tout redeviendra vert,
Cette espérance, elle au moins, n’est pas fausse.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esprit de celle le 4 novembre 2019 à 22h29

Mi-rage Ni Dieu -

Né dans la pourpre il voile sa face
Et la miss Vénus se prend 1 canon
Se prend un râteau crénom de non !
Sans comprendre goutte à la mélécasse *. .

Je vais me coucher . . sans finir ce sans sonnet assonant ce son né qui me hante ce sonnet qui nous lie . . point ne sonnez . . chuuut je dors déjà -


*mélécasse (ou mêlécasse ou mêlé-casse), c’est, incontestablement cette fois, une abréviation de mélécassis, une boisson associant ou mêlant de l’eau-de-vie et de la liqueur de cassis.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin pеrdu (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Ρеtitеs bоuсhеs (Αutrаn)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе