Jehan Rictus


Les Monte-en-l’air

             
(L’Apprenti)


 
— Vas-y Julot, vas-y vieux frère,
faut m’ mett’ dedans c’te lourde-là ;
la carouble a peut pas y faire,
on va n’être encor chocolat !
 
Magn’-toi magn’-toi, prends l’ suc de pomme,
ya nib de pant’s dans le log’teau,
y vienn’nt de call’ter en auto
avec les lardons et la bonne.
 
Quand qu’y rentiff’ront, minc’ de blair !
Beuh !... c’est kif-kif el’ mêm’ méquier ;
gn’en a les z’uns qu’il est banquiers
et les aut’s qu’il est monte-en-l’air.
 
Seul’ment, nous aut’s, on a pus d’ risques,
tandis qu’euss aut’s, y z’ont pus d’ frais ;
avant qu’y soyent bons pour êt’ faits,
faut qu’y z’ayent raflé l’Obélisque....
 
Stop !..... Un p’tit moment si you plaît ?
Non : j’ croyais d’ n’avoir entendu
que l’ môm’ Nu-Patt’s au bout d’ la rue
nous balançait son coup d’ sifflet.
 
Grouill’ Julot, c’est l’Hiver, les pègres 
à la faridon sont ben maigres ;
moi d’pis deux r’luits j’ai pus d’ tabac,
mais tantôt ça s’ra la nouba.
 
L’ monde est h’en deux compartiments :
les poir’s sont à gauch’ de la boîte.
Mon vieux..., faut toujours t’nir sa douâte
et tout l’ rest’ c’est des boniments.
 
À preuv’ que moi qu’ j’ai essploré
de Cayenne à... Philadelphie,
la Société d’ Géographie,
a m’a seul’ment pas décoré !
 
Qui d’main s’ra à la ribouldingue ?
Qui jett’ra d’ l’huile aux pus huileux ?
Qui n’aura l’ flac et l’ gros morlingue ?
C’est les gas qu’il est pas frileux.
 
Les gas d’altèqu’..., les rigolos,
les pénars, les marl’s, les macaires,
qu’ estim’nt qu’y sont pas su’ la Terre
pour marner avec les boulots.
 
Et qui mêm’, quand y pass’nt à planche,
z’yeut’nt les chats-fourrés dans la poire,
car c’est qu’ par marlouse et fortanche
qu’y sont d’ l’aut’ côté du comptoir !
 
Seul’ment vieux, laiss’ ça,... c’est rouillé,
tu t’ mets pour peau d’ zèbe en quarante ;
r’gard’ comment que j’ vas travailler....
Rrrran !... Minc’ de pesée ! Minc’ de fente !
 
Hein ? C’est pas du boulot d’ gingeole !
Enquill’ Julot, pousse el’ verrou...
sans charrier..., nous voilà chez nous....
Ben... quéqu’ t’ as Juju, tu flageoles ?
 
S’pèc’ de schnock, tu vas pas flancher ! 
T’ es-t’y un pote ou eun’ feignasse ?
À preusent que j’ t’ai embauché,
tu veux chier du poivre à mon gniasse ?
 
Tu sais,... méfie-toi,... l’est moins deux ;
pas d’ giries ou... j’ te capahute ;
et pis après j’ me mets les flûtes,
tant pir’ pour les canards boiteux.
 
Quiens, tette un coup,... v’là eun’ bouteille,
attends,... c’est d’ la fin’ « Grand Marnier » ;
allons Julot, voyons ma vieille,
hardi ! du cœur et du pognet.
 
Na ! maint’nant trott’ su’ la carpette
en douce,... enlève tes... escarpins ;
pas par là, c’est la sall’ de bains,
où qu’ tu crois qu’y carr’nt leurs pépettes.
 
Avance, y va falloir gratter,
on n’en est encor qu’au prologue ;
pas par là non pus, c’est les gogues !
Ben mon pot’, t’ es rien effronté !
 
Non ! Allum’-moi leur gueulard’rie
(ah ! on n’est pas chez des biffins !)
Les vach’s ! ça croût’ dans l’argent’rie
pendant qu’ l’Ovréier meurt de faim !
 
À gauch’ vieill’, fouin’ dans les tiroirs,
sûr y a là d’ quoi effaroucher ;
moi j’ vas dans la chambe à coucher,
faut que j’ dis’ deux mots à l’ormoire.
 
Ah ! j’ te r’command’,... fais pas d’ paquets,
n’ chauff’ que c’ qu’on peut tasser en fouilles,
voyez brocquans, talbins, monouilles,
en sortant on s’ f’rait remarquer !
 
Cré tas d’ sans-soins ! Y laiss’nt traîner 
leur toquant’ su’ la cheminée,
étouffons, étouffons toujours....
Marie vous aurez vos huit jours !
 
Voyons leur linge. Il est coquet :
allons, aboul’-toi su’ l’ parquet,
(ça m’ rappell’ quand j’étais en Chine
cabot fantabosse ed’ marine.)
 
Phalzars brodanchés ? Beau travail.
Zou ! j’en carre un pour ma congaï.
Quand a n’aura ça su’ les fesses,
a mettra pus d’ cœur au bizness.
 
Preusent viv’ment, cherrons l’ mat’las !
Aign’ donc, à nous deux Nicolas !...
Ohé Julot, pas tant d’ bouzin,
tu vas fair’ tiquer les voisins !
 
Qué qu’ tu jabot’s ? On sonne ? On cogne ?
Bien bien, j’ rappliqu’,... fais dall’, tais-toi....
Merde ! on est visés ! C’est les cognes.
Allez !... faut s’ barrer par les toits.
 
Hop ! su’ l’ balcon, plaqu’ tout, au trot...
Qu’est-c’ qu’y t’ prend ? Encore eun’ faiblesse !
Ah ! ben mon vieux, cett’ fois j’ te laisse ;
pour t’emm’ner j’ai pas d’aéro.
 
Salaud ! Y tourne des mirettes !
Ah ! on m’y r’prendra eune aut’ fois
à voyager comme eun’ galette
avec un garçon qu’ a les foies !
 
Bon Dieu ! Y en a du trêpe en bas.
Cassez la lourde, allez, cassez !
Quiens, l’ Môm’ Nu-Patt’s il est coincé,
mais Sézig y l’ont h’encor pas.
 
Voui, tas d’ truff’s, app’lez les pompiers ; 
j’ n’ai ni l’ vertigo ni la trouille,
moi j’ grimpe ou j’ dévale eun’ gargouille,
six étag’s, blavin dans les pieds !
 
J’ suis bon, j’ m’envole..., arr’moir’ Julotte !
t’t’ à l’heure au quart, d’main à la Tour,
tâch’ de n’ pas m’ donner au Gerbier
ou ben j’ t’arr’trouv’rai un d’ ces jours...
 
t’ entends coquine, emmanché, fiotte,
hé, Apprenti ! Hé, gât’-métier !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе