Jehan Rictus


Les Monte-en-l’air

             
(L’Apprenti)


 
— Vas-y Julot, vas-y vieux frère,
faut m’ mett’ dedans c’te lourde-là ;
la carouble a peut pas y faire,
on va n’être encor chocolat !
 
Magn’-toi magn’-toi, prends l’ suc de pomme,
ya nib de pant’s dans le log’teau,
y vienn’nt de call’ter en auto
avec les lardons et la bonne.
 
Quand qu’y rentiff’ront, minc’ de blair !
Beuh !... c’est kif-kif el’ mêm’ méquier ;
gn’en a les z’uns qu’il est banquiers
et les aut’s qu’il est monte-en-l’air.
 
Seul’ment, nous aut’s, on a pus d’ risques,
tandis qu’euss aut’s, y z’ont pus d’ frais ;
avant qu’y soyent bons pour êt’ faits,
faut qu’y z’ayent raflé l’Obélisque....
 
Stop !..... Un p’tit moment si you plaît ?
Non : j’ croyais d’ n’avoir entendu
que l’ môm’ Nu-Patt’s au bout d’ la rue
nous balançait son coup d’ sifflet.
 
Grouill’ Julot, c’est l’Hiver, les pègres 
à la faridon sont ben maigres ;
moi d’pis deux r’luits j’ai pus d’ tabac,
mais tantôt ça s’ra la nouba.
 
L’ monde est h’en deux compartiments :
les poir’s sont à gauch’ de la boîte.
Mon vieux..., faut toujours t’nir sa douâte
et tout l’ rest’ c’est des boniments.
 
À preuv’ que moi qu’ j’ai essploré
de Cayenne à... Philadelphie,
la Société d’ Géographie,
a m’a seul’ment pas décoré !
 
Qui d’main s’ra à la ribouldingue ?
Qui jett’ra d’ l’huile aux pus huileux ?
Qui n’aura l’ flac et l’ gros morlingue ?
C’est les gas qu’il est pas frileux.
 
Les gas d’altèqu’..., les rigolos,
les pénars, les marl’s, les macaires,
qu’ estim’nt qu’y sont pas su’ la Terre
pour marner avec les boulots.
 
Et qui mêm’, quand y pass’nt à planche,
z’yeut’nt les chats-fourrés dans la poire,
car c’est qu’ par marlouse et fortanche
qu’y sont d’ l’aut’ côté du comptoir !
 
Seul’ment vieux, laiss’ ça,... c’est rouillé,
tu t’ mets pour peau d’ zèbe en quarante ;
r’gard’ comment que j’ vas travailler....
Rrrran !... Minc’ de pesée ! Minc’ de fente !
 
Hein ? C’est pas du boulot d’ gingeole !
Enquill’ Julot, pousse el’ verrou...
sans charrier..., nous voilà chez nous....
Ben... quéqu’ t’ as Juju, tu flageoles ?
 
S’pèc’ de schnock, tu vas pas flancher ! 
T’ es-t’y un pote ou eun’ feignasse ?
À preusent que j’ t’ai embauché,
tu veux chier du poivre à mon gniasse ?
 
Tu sais,... méfie-toi,... l’est moins deux ;
pas d’ giries ou... j’ te capahute ;
et pis après j’ me mets les flûtes,
tant pir’ pour les canards boiteux.
 
Quiens, tette un coup,... v’là eun’ bouteille,
attends,... c’est d’ la fin’ « Grand Marnier » ;
allons Julot, voyons ma vieille,
hardi ! du cœur et du pognet.
 
Na ! maint’nant trott’ su’ la carpette
en douce,... enlève tes... escarpins ;
pas par là, c’est la sall’ de bains,
où qu’ tu crois qu’y carr’nt leurs pépettes.
 
Avance, y va falloir gratter,
on n’en est encor qu’au prologue ;
pas par là non pus, c’est les gogues !
Ben mon pot’, t’ es rien effronté !
 
Non ! Allum’-moi leur gueulard’rie
(ah ! on n’est pas chez des biffins !)
Les vach’s ! ça croût’ dans l’argent’rie
pendant qu’ l’Ovréier meurt de faim !
 
À gauch’ vieill’, fouin’ dans les tiroirs,
sûr y a là d’ quoi effaroucher ;
moi j’ vas dans la chambe à coucher,
faut que j’ dis’ deux mots à l’ormoire.
 
Ah ! j’ te r’command’,... fais pas d’ paquets,
n’ chauff’ que c’ qu’on peut tasser en fouilles,
voyez brocquans, talbins, monouilles,
en sortant on s’ f’rait remarquer !
 
Cré tas d’ sans-soins ! Y laiss’nt traîner 
leur toquant’ su’ la cheminée,
étouffons, étouffons toujours....
Marie vous aurez vos huit jours !
 
Voyons leur linge. Il est coquet :
allons, aboul’-toi su’ l’ parquet,
(ça m’ rappell’ quand j’étais en Chine
cabot fantabosse ed’ marine.)
 
Phalzars brodanchés ? Beau travail.
Zou ! j’en carre un pour ma congaï.
Quand a n’aura ça su’ les fesses,
a mettra pus d’ cœur au bizness.
 
Preusent viv’ment, cherrons l’ mat’las !
Aign’ donc, à nous deux Nicolas !...
Ohé Julot, pas tant d’ bouzin,
tu vas fair’ tiquer les voisins !
 
Qué qu’ tu jabot’s ? On sonne ? On cogne ?
Bien bien, j’ rappliqu’,... fais dall’, tais-toi....
Merde ! on est visés ! C’est les cognes.
Allez !... faut s’ barrer par les toits.
 
Hop ! su’ l’ balcon, plaqu’ tout, au trot...
Qu’est-c’ qu’y t’ prend ? Encore eun’ faiblesse !
Ah ! ben mon vieux, cett’ fois j’ te laisse ;
pour t’emm’ner j’ai pas d’aéro.
 
Salaud ! Y tourne des mirettes !
Ah ! on m’y r’prendra eune aut’ fois
à voyager comme eun’ galette
avec un garçon qu’ a les foies !
 
Bon Dieu ! Y en a du trêpe en bas.
Cassez la lourde, allez, cassez !
Quiens, l’ Môm’ Nu-Patt’s il est coincé,
mais Sézig y l’ont h’encor pas.
 
Voui, tas d’ truff’s, app’lez les pompiers ; 
j’ n’ai ni l’ vertigo ni la trouille,
moi j’ grimpe ou j’ dévale eun’ gargouille,
six étag’s, blavin dans les pieds !
 
J’ suis bon, j’ m’envole..., arr’moir’ Julotte !
t’t’ à l’heure au quart, d’main à la Tour,
tâch’ de n’ pas m’ donner au Gerbier
ou ben j’ t’arr’trouv’rai un d’ ces jours...
 
t’ entends coquine, emmanché, fiotte,
hé, Apprenti ! Hé, gât’-métier !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе