Jehan Rictus


Le Retour de Jésus

Légende


Quand Jésus revint à Paris,
Voulut refaire ses miracles.
Ce fut un étonnant spectacle
Et voilà comment il s’y prit :
 
Il alla d’abord vers la Seine
Afin de bénir les pêcheurs,
Les lignes et les hameçons,
Comme autrefois en Galilée.
 
Mais là déjà perdit sa peine.
On n’amena que trois poissons,
Le cadavre d’un chien « plongeur »
Et deux bottines éculées.
 
Alors, comme il fit pour Lazare,
Jésus voulut ressusciter
Un mort depuis longtemps en terre,
Mais ce dernier, très réfractaire :
 
« Revivre ? Quelle offre bizarre !
Dessous on est mieux que dessus,
Divin Maître, vous m’embêtez ! »,
Ose-t-il répondre à Jésus.
 
Chez un Mastroquet de barrière
Jésus-Christ se mit en prière
Pour que l’Eau se changeât en Vin.
C’est le contraire qui survint.
 
L’oraison ne put réagir.
Le Vin tourna jus de rivière ;
L’Eau de la carafe et des verres
Ne consentit pas à rougir.
 
Lors au Pain Jésus s’attaqua :
Le Pain ne voulut rien entendre,
Pour se rompre, il était trop tendre ;
Avec peine il se déchira.
 
Triste et vaguement étonné,
Jésus, errant et solitaire,
Rencontra « la Femme adultère »,
Vite voulut lui pardonner.
 
Mais celle-ci dit : « Je ne peux
Redevenir honnête et sage :
Mon mari serait furieux
À cause des frais du ménage. »
 
Et Jésus, reprenant sa course,
Vit « la Femme ayant une perte »,
Pâle et sur le point d’en mourir.
Mais, c’était une perte en Bourse,
Et Jésus ne put la guérir.
 
Lors un Aveugle dit : « Rabbi,
Je suis sans pain, je suis sans toit,
Souliers, tabac, chemise, habit :
Personne n’a pitié de moi.
 
Souffrez qu’un infirme vous tape ! »
Et quand Jésus lui eut donné,
L’Aveugle jeta la monnaie,
En grognant : « Seigneur, c’est un Pape. »
 
Bientôt accourut Véronique
Pour, avec son linge indulgent,
Imprimer la sanglante Face
Qui, n’étant point photogénique,
N’y laissa pas la moindre trace
 
Et nul n’en put tirer d’épreuve,
Car ce carré de toile neuve
Manquait de bromure d’argent.
 
Bref, pour perpétuer l’exemple,
Jésus s’en alla sur-le-champ
Du côté du « Marché du Temple »,
Afin d’en chasser les marchands.
 
Mais, là, les brocanteurs massés
En chœur lui cognèrent dessus,
Et ce fut lui qui fut battu,
Et ce fut lui qui fut chassé.
 
Jésus cria : « Soyez maudits,
Je m’en retourne au Paradis ! »
Mais il était trop tard sans doute,
Il n’en retrouva pas la route.
 
Et dans l’espace il se perdit.
 

Commentaire (s)
Déposé par dr abu le 6 août 2014 à 11h14

Est votre votre mari d’avoir une liaison en dehors de votre mariage et vous voulez lui de vous et vous aime uniquement, ou votre fils est trop têtu qu’il normalement ne pas vous écouter thier parents.or vous souhaitez que votre petite amie ou votre petit ami doit toujours vous traiter à droite et vous voir comme son seul et unique love.then nous rendre visite à drabuspellshrine@gmail.com et tous vos problèmes seront résolus.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 13 août 2014 à 08h03

Est votre mari d’avoir une liaison
en dehors de votre mariage
et vous voulez lui de vous
et vous aime uniquement...

ou votre fils est trop têtu
qu’il normalement ne pas
vous écouter ses parents...

ou vous souhaitez que votre petite amie
ou votre petit ami
doit toujours vous traiter à droite
et vous voir comme son seul et unique love...

n’importe le cas nous rendre visite
à drabuspellshrine@gmail.com
et tous vos problèmes seront résolus.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 3 décembre 2019 à 17h44


Jésus contemplait la grand’ville
Depuis les hauteurs de Meudon ;
Il craignait les automobiles
Et avait un peu le bourdon.
               
Il méditait, dans l’aube grise,
Penché sur un plan du métro :
Il y a des noms qui me disent
Quelque chose, d’autres pas trop.

Certes, je vois Bonne-Nouvelle
Et Madeleine, et de Pantin
L’Eglise, et plus près, La Chapelle,
Abbesses, Temple, c’est certain ;

Si Notre-Dame de Lorette
Semble me saluer de loin,
Lemoine, en cardinal honnête,
Converse, lui, avec Saint-Ouen.

Que de saints ! Ce n’est que justice :
Lazare, Placide, Germain,
Jacques, Marcel, Michel, Sulpice,
Et Georges, l’officier romain ;

Je vois, parmi leur pieuse foule,
Philippe, qui aux Oliviers,
Dormit, et qui désormais roule,
Ou encore François-Xavier.

Il est vrai que parfois je sèche :
Je ne sais pourquoi ce lascar
S’est, une fois percé de flèches,
Renommé Sébastien-Froissart.

Je vois encor les Pyramides
Qui me rappellent mes voisins,
Et je me doute que résident
A Villejuif bien des cousins.

Pourtant, je l’avoue, mes dents grincent
Quand j’aperçois, d’un œil maussade
Le dénommé Georges-Brassens –
Et qu’est-ce que ce Stalingrad ?

Puis, vision patibulaire,
(J’ai le fessier qui fait bravo) :
Après les Filles-du-Calvaire
Se dresse la Croix-de-Chavaux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Βruаnt : Αllеluiа !

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Révоltе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vivаis mаis је mеurs, еt mоn сœur, gоuvеrnеur...» (Jоdеllе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Εsprit dе сеllе sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе