Jehan Rictus


La Grande Irma


 
Ô Maman, ma Maman jolie,
nous nous sommes bien promenés
ce Dimanche de permission....
 
C’est bientôt l’heure du dîner,
voici quelques gouttes de pluie...
mon casoar sera mouillé,
ses plumes seront défraîchies.
 
Et vous, avec vos fins souliers
découverts et vos bas à jour
peu faits pour cette ignoble boue
attraperez du mal, bien sûr.
 
Ô Maman, ma Maman jolie,
voulez-vous que nous rentrions ?
 
Ô Maman ! Ces vieux beaux Messieurs
rencontrés sur le boulevard,
ces vieux, à tournure guerrière,
à pantalons à la housard
et à chapeaux badingueusards,
qui vous tutoyaient, ma Maman !....
 
Ces vieux baveux dont les regards
semblaient perdus dans le coma,
qui vous disaient : « Mais, mais, mais, mais
mais... n’est-ce pas «la Grande Irma» ? »
 
Et puis :
« Mâtin ! Quoi ! C’est ton fils ?
ce bambin blond connu jadis
sous Mac-Mahon ou Gambetta !
(Hum ! ça ne nous rajeunit guère !)
Quel beau garçon ! Quell’ belle plante !
Quel bel officier ça fera ! »
 
« Alors, vous êtes à Saint-Cyr ?
(ça me rappell’ des souvenirs !)
Et comment va le pèr’ Système ?
C’était le bon temps... Sacrédié !
Continuez jeune homme, allez !
Portez l’épaulette, c’est beau !
Mission d’honneur... servir la Frrance !
Le Drapeau ! Ah ! ah ! le Drapeau !
C’est vous qui referez la guerre
et nous rendrez nos deux provinces ! »
 
« Tu as bien fait vois-tu ma chère
d’en faire un vaillant militaire....
Compliments, mordieu... compliments...
De loin, à vous voir tous les deux,
on aurait dit deux amoureux...
Et toi vois-tu ma Grande Irma
tu es plus belle que jama...s. »
 
Maman ! J’aurais bien volontiers
poussé mon épée-baïonnette
dans le ventre à tous ces vieux beaux !
 
Je n’en peux plus Maman jolie...
Voulez-vous que nous rentrions ?
 
Oh ! rentrons je vous en supplie,
je suis malheureux, malheureux...
 
Les magasins, les devantures,
les passants, les trams, les voitures,
ce tohu-bohu de Paris,
ces trompes, ces essieux, ces cris...
les becs, les signes lumineux,
les kiosques, les autos, les arbres,
les réclam’s, toutes ces réclames,
dansent et tremblent dans mes larmes...
(Un soldat ne doit pas pleurer !)
 
Je titube et suis comme saoul....
on dirait que j’ai coup sur coup
avalé cinq ou six absinthes....
 
Oh ! Maman qui ne voyez rien,
que j’oscille et que je chancelle
comme un arbre sous la cognée...
 
Rentrons, rentrons, je vous en prie !
Je vais défaillir de souffrance,
je vais m’écrouler de chagrin.
 
Quell’ peine je ressens, Maman !
D’un seul coup ces vieux Assassins
m’ont fait comprendre votre vie
et tout... et tout... et le Passé !
 
Ô Maman, frivole et jolie,
(adorée pourtant, adorée),
avec leurs paroles affreuses,
ces vieux salauds m’ont égorgé !
 
Ô Maman, rentrons voulez-vous ?
Qu’avez-vous fait de votre fils ?
 
Tenez, là-bas, le marchand d’ « Presse »
qui piétine la boue épaisse
et ne peut vendre ses journaux...
 
le bagotier qui, haletant,
suit le fiacre chargé de malles,
dans l’espoir de quelque dix sous
qui l’empêcheront de mourir !
 
le chien qui a perdu son maître
et qui crotté court éperdu,
puis tourne, s’affole et aboie 
en se perdant de plus en plus...
 
la lugubre fille de joie
par son visqueux amant battue...
je ne sais quoi dire, ô Maman,
tous ces tragiques de la Rue
sont bien moins malheureux que moi,
en ce moment, en ce moment.
 
Dites, Maman, rentrons chez nous
pour que je pleure tout mon soûl,
des heures, des heures, des heures...
 
jusqu’à demain, jusqu’à demain,
en vous étreignant les genoux,
en mettant dans vos belles mains,
vos mains grasses et fuselées,
mon front aux veines trop gonflées
 
et mes yeux brûlés par les pleurs ;
 
Et là je vous dirai, Maman :
« Un enfant, n’est-ce pas, c’est cher ?
Le lait, le pain, les vêtements,
l’éducation, l’instruction,
les soins, qui sait, les maladies ;
vous avez dû pour tout cela
n’est-ce pas, ma Maman jolie,
 
payer de votre belle chair ?
 
Si même à des heures horribles
vous vous êtes déshabillée
(mon Dieu !) et mise toute nue,
et livrée au premier venu...
 
c’est qu’alors il vous a fallu
régler les mois de ma nourrice,
m’acheter des petits souliers
ou bien des joujoux à Noël !
 
Pauvre sainte Maman jolie !
(Je vous ai coûté vos pudeurs !)
À l’idée de vot’ petit gas
vous vous sentiez bien, n’est-ce pas,
au-dessus du banal honneur ? »
 
N’empêche, je me sens bien triste,
j’ai la langue et la bouche amères,
comme si j’avais par erreur
mordu et mâché du poison.
 
Désormais j’aurai ma chimère,
et rêverai d’une Patrie
où la Femme ne sera plus
traquée, vendue, forcée, flétrie,
à l’abri de nos trois couleurs.
 
Ma Maman, n’ai-je pas raison ?
 
Enfin je suis bien malheureux,
j’aimerais mieux n’être point né
et j’ai envie, combien envie,
d’aller me jeter à la Seine
comme un amant abandonné...
 
« Fils de putain ! » me dira-t-on
toute la vie... toute la vie...
 
Ô Maman, je me meurs de peine,
voulez-vous que nous rentrions ?
 
 
 
 
 
 
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2015 à 15h28



Concernant le casoar :

http://www.google.fr./search?q=%22Qu%27a+Zohar%22

(une étymologie).

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2015 à 15h31

Une meilleure adresse :

http://paysdepoesie.wordpress.com/2014/06/30/qua-zohar/

rapprochant Zohar et Casoar.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе