Jehan Rictus


La Frousse


 
 

(Onze ans, six ans)


 
— Hé ! tu dors pus ?... Caus’ moi, Mémaine....
Toi aussi t’ as entendu l’ coup ?
C’est h’encor Pepa qui rentr’ saoul :
y n’a dû claquer sa quinzaine !
 
Serr’-moi fort,... boug’ pas,... écoutons.
(Ah ! ton p’tit cœur fait du tapage !
Y saut’ comme Fifi dans sa cage
quand y voit l’ petit chat Miton.)
 
Aie pas peur,... j’ suis là,... j’ suis ta « Grande »,
tu sais ben cell’ qu’ est quasiment
comm’ qui dirait ta p’tit’ Moman ?
Ben voyons, la cell’ qui t’ commande,
 
qui t’ brabouill’, qui t’habill’, qui t’ peigne, 
qui t’ mouch’, qui t’ serch’ tes petits poux,
cell’ qui ramass’ pour toi les beignes,
cell’ qui t’aime à plein-cœur-d’amour !
 
Bon sang ! Quoi c’est qu’y s’ passe en bas ?
M’man est encore à sa couture....
P’pa l’appell’ : « Putain, pourriture ! »
Vrai ! Pourvu qu’a n’y répond’ pas !
 
Quand qu’y n’est bu y d’vient méchant :
M’man dit toujours qu’all’ le plaqu’ra
mais avant, y l’estourbira,
pis nous... y nous en f’ra autant.
 
Hier,... t’ as vu ? Pour sercher querelle
et tâcher d’y mette eun’ pâtée,
y n’a craché dans nos écuelles,
mais Moman a pas rouspété !
 
T’ entends ? Y va, y vient, y rogne.....
Pan ! Ça c’est nos joujoux qu’y cogne....
(Pourvu qu’avec ses gros souïers
y n’aill’ pas les écrabouiller !)
 
Pleur’ pas, Mémain’, c’est pour de rire ;
laiss’ fair’, j’ fouill’rai dans son fann’zar ;
ça et c’ qu’y m’ rest’ dans ma tir’-lire,
j’ t’en ach’t’rai des aut’s au bazar.
 
Mais surtout qu’y grimp’ pas nous voir,
j’ai la frouss’ quand l’est dans la chambe,
y pos’ son gros cul su’ nos jambes
et y rest’ comm’ ça dans le noir....
 
Y ricane, y caus’, ses dents grincent
pis y nous chopp’, nous tât’, nous pince
et nous farfouille où faurait pas.....
Mais on peut rien dir’ : c’est Pepa !
 
On s’ gare, on s’ noue, on s’ met en boule ; 
crier !... on prendrait l’ mauvais paing,
c’est du coup qu’y perdrait la boule
et nous f’rait passer l’ goût du pain !
 
Tout ça vient de c’ que près d’ l’usine
où tout’ la journaille y turbine,
d’un Sam’di à l’autre Sam’di,
y a plein d’ bistrots qui font crédit !
 
Pis M’mam aussi a pas d’ toupet,
pass’que moi, quand j’ s’rai pour m’ marier,
sûr, j’ prendrai pas un ovréier
ou c’est moi que j’ touch’rai sa paie !
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
 
Mémaine ! Ej’ crois que l’ v’là, bon Dieu !
voui voui,... enfonçons-nous au pieu ;
tais-toi,... f’sons min’ de roupiller,
n’os’ra p’t-êt’ pas nous réveiller.....
 
Patatras, boum ! Minc’ de potin !
Y bûche !... Y doit n’ête en cabosse.....
Oh ! à preusent, y a pus d’émosse,
y planqu’ra là jusqu’au matin !
 
Preusent... on peut rabattre el’ drap
on peut s’allonger à sa guise.
Bonn’ nuit, ma gross’, fais-moi eun’ bise,
 
serr’-moi ben fort dans tes p’tits bras.
 
 
 
 
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À unе lаidе аmоurеusе dе l’аutеur (Αuvrау)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Αrbrеs (Viviеn)

De Jаdis sur Rоndе (Sаlmоn)

De Сосhоnfuсius sur Stèlе аu désir (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе