Jehan Rictus


L’Étrangleur

Chanson sur le mode archaïque
(Argot d’escarpe)


 

                                  (Ah ! la Vieill’, la Vieill’, la Vieille,
                                  Qui croyait avoir quinze ans).
(Ronde enfantine).


Je l’ai apaisée,
la Vieille, la Vieille,
et j’ai ratissé
son jaune et son blanc.
 
« Toc toc ! Débouclez,
c’est h’un babillant
que vous a torché
votre jeune amant ! »
 
Cric, crac... J’ m’ai filé
dans l’appartement,
et hop ! j’ai serré
la Vieille lisant.
 
« Rrrâh !... » a veut r’nâcler !
« Gueulez pas, Moman ! »
Mais all’ me gratigne
et me mord au sang.
 
Crott’ ! j’ai pus r’gardé,
j’ai cherré dedans,
et j’ vous l’ai emm’née
tout comme un bêlant.
 
Choppe un égledon,
Yi fous dans les dents,
et j’ m’allonge ed’ssus
un petit moment.
 
Ah ! la vieill’ carcasse,
ah ! le vieux carcan !
Comme y ressautait
son vieux Palpitant.
 
Riboule des châsses
la Vieille râlant
et pis... c’est gagné :
la v’là qui s’ détend.
 
Lardé les puciers
faussé les meublants,
riflé ses talbins
et ses frétillants.
 
Vrai, moi que j’ f’rais pas
d’ tort à eun’ volaille,
c’était du travail
pour un débutant.
 
Tout ça pour ma largue ;
j’ suis pas regardant.
Bah ! y faut qu’un coup,
Charlot nous attend.
 
Pauv’ vieill’, pauv’ Mémée
a t’nait aux z’argents
et c’est, par le fait,
ma mistonne aimée
qui n’a ses limaces
et ses décorans.
 
Mais d’jà d’pis quéqu’ temps,
au fond d’ mon sommeil,
y m’ sonne à l’oreille
loin... comme eune enclume.
 
Alorss, ça m’ réveille :
et j’arr’vois la Vieille,
la garce de Vieille,
la Vieill’ qui m’allume
avec ses yeux blancs.
 
À moi ! Bon !... j’étouffe,
j’ suis piqué, j’ suis loufe,
on veut m’ faire au quique ;
c’est chacun son tour.
 
Qu’il y vienne el’ mec
qu’en veut à ma tronche,
j’y f’rai avaler
un bout d’ ma rallonge,
chacun ses z’ognons
et moi mes amours.
 
Les garçons d’ mon poil
y leur faut d’ la cuisse
du treffe et du caire,
 
car c’est pas malin
de n’ pas tourner pègre
quand qu’on a l’ ventr’ plein,
le morlingue au pèze,
 
et ça d’pis toujours.
 
 
 
 
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе