Francis Jammes

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1898


La ferme était luisante


 
La ferme était luisante et noire et des tamis
              pendaient aux murs.
Le Dimanche était triste et beau, et les maïs
              n’étaient pas mûrs.
 
De bonne heure il avait quitté ses père et mère,
              pour les missions ;
et il nous racontait qu’il buvait l’eau amère,
              en corruption.
 
Il était en congé, et parlait de pagodes
              et de païens,
et de fleuves pourris, de vase douce et jaune,
              et de chrétiens.
 
Il parlait de supplices où l’on casse les ongles
              en vous brûlant,
de coups de queue de raie, du grand Esprit, de l’ombre
              empoisonnant.
 
Il était donc parti de la ferme luisante,
              près de l’église blanche,
et il était allé aux pays des sanglants
              vomissements.
 
Il était de retour et, auprès de l’armoire,
              les vieux parents
étaient émus, voyant la longue barbe noire
              du prêtre errant.
 
Il disait : je fumais, nu-pieds, la nuit, ma pipe...
              Les Annamites
cernèrent la case. Ils étaient armés de piques...
              J’avais une trique...
 
Et il disait cela, et la ferme était triste
              où il était né...
Dans la nuit du soleil on croyait voir pleurer
              la mère triste.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе