Hugo

Les Orientales, 1829


Sara la baigneuse


 
Sara, belle d’indolence,
        Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
        Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus ;
 
Et la frêle escarpolette
        Se reflète
Dans le transparent miroir,
Avec la baigneuse blanche
        Qui se penche,
Qui se penche pour se voir.
 
Chaque fois que la nacelle,
        Qui chancelle,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit sur l’eau qui s’agite
        Sortir vite
Son beau pied et son beau col.
 
Elle bat d’un pied timide
        L’onde humide
Où tremble un mouvant tableau,
Fait rougir son pied d’albâtre,
        Et, folâtre,
Rit de la fraîcheur de l’eau.
 
Reste ici caché : demeure !
        Dans une heure,
D’un œil ardent tu verras
Sortir du bain l’ingénue,
        Toute nue,
Croisant ses mains sur ses bras.
 
Car c’est un astre qui brille
        Qu’une fille
Qui sort d’un bain au flot clair,
Cherche s’il ne vient personne,
        Et frissonne
Toute mouillée au grand air.
 
Elle est là, sous la feuillée,
        Éveillée
Au moindre bruit de malheur ;
Et rouge, pour une mouche
        Qui la touche,
Comme une grenade en fleur.
 
On voit tout ce que dérobe
        Voile ou robe ;
Dans ses yeux d’azur en feu,
Son regard que rien ne voile
        Est l’étoile
Qui brille au fond d’un ciel bleu.
 
L’eau sur son corps qu’elle essuie
        Roule en pluie,
Comme sur un peuplier ;
Comme si, gouttes à gouttes,
        Tombaient toutes
Les perles de son collier.
 
Mais Sara la nonchalante
        Est bien lente
À finir ses doux ébats ;
Toujours elle se balance
        En silence,
Et va murmurant tout bas :
 
« Oh ! si j’étais capitane,
        Ou sultane,
Je prendrais des bains ambrés,
Dans un bain de marbre jaune,
        Près d’un trône,
Entre deux griffons dorés !
 
« J’aurais le hamac de soie
        Qui se ploie
Sous le corps prêt à pâmer ;
J’aurais la molle ottomane
        Dont émane
Un parfum qui fait aimer.
 
« Je pourrais folâtrer nue,
        Sous la nue,
Dans le ruisseau du jardin,
Sans craindre de voir dans l’ombre
        Du bois sombre
Deux yeux s’allumer soudain.
 
« Il faudrait risquer sa tête
        Inquiète,
Et tout braver pour me voir,
Le sabre nu de l’heiduque,
        Et l’eunuque
Aux dents blanches, au front noir !
 
« Puis, je pourrais, sans qu’on presse
        Ma paresse,
Laisser avec mes habits
Traîner sur les larges dalles
        Mes sandales
De drap brodé de rubis. »
 
Ainsi se parle en princesse,
        Et sans cesse
Se balance avec amour,
La jeune fille rieuse,
        Oublieuse
Des promptes ailes du jour.
 
L’eau, du pied de la baigneuse
        Peu soigneuse,
Rejaillit sur le gazon,
Sur sa chemise plissée,
        Balancée
Aux branches d’un vert buisson.
 
Et cependant des campagnes
        Ses compagnes
Prennent toutes le chemin.
Voici leur troupe frivole
        Qui s’envole
En se tenant par la main.
 
Chacune, en chantant comme elle,
        Passe, et mêle
Ce reproche à sa chanson :
— Oh ! la paresseuse fille
        Qui s’habille
Si tard un jour de moisson !
 

Juillet 1828

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе