Hugo

[Posthumes]


Les Yeux Bleus de Jeanne


 
L’enfant irréprochable étonne l’homme austère.
Qui que tu sois, qui fais le bien sur cette terre,
Je te tiens pour vraiment auguste et glorieux
Si tu peux supporter ceci : l’azur des yeux.
Je ne suis pas de ceux dont la vie est tranquille ;
Je suis souvent sorti des portes d’une ville
Sans savoir si j’allais avoir de quoi manger ;
J’ai connu l’âpre exil, l’œil froid de l’étranger,
Tous les deuils, et le souffle orageux qui tourmente
Autant l’homme pensif que la mer écumante ;
Je suis le nautonier du devoir, j’ai souvent
Reçu dans mon destin les contrecoups du vent ;
J’ai, sous l’immensité des tempêtes profondes,
Contemplé l’éternelle émotion des ondes,
Ému moi-même, hélas ! des maux de mon pays ;
Eh bien, ces rois sanglants qui nous ont envahis,
Ces lâches profitant des portes mal fermées,
Ces prêtres qui les ont bénis, ces chefs d’armées,
Secouant des drapeaux qu’enfle un vent de courroux,
Sachant que j’ai raison, je les dédaigne tous,
Eux, et leur noir triomphe, et leur splendeur maudite,
Mais devant un enfant qui passe, je médite,
Je m’examine avec anxiété ; je vois
Le vrai dans son sourire et j’entends dans sa voix
Le murmure profond des choses inconnues.
Les éblouissements qui flottent dans les nues,
L’aube vue à travers les rameaux assombris,
La rapide lueur du vol des colibris,
N’ont pas plus de douceur que le regard qu’on aime ;
Mais on a peur. Devant cette blancheur suprême,
Si Dieu voulait que l’œil de l’homme pût la voir...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Drеlinсоurt : Sur l’Εnfеr

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Αpоllinаirе : Lе Сhаt

Τоulеt : «Μоn âmе pаisiblе étаit pаrеillе аutrеfоis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Τоulеt : «Τоutе аllégrеssе а sоn défаut...»

Vаlérу : Сhаnsоn à pаrt

Сhéniеr : «Ô Μusеs, ассоurеz ; sоlitаirеs divinеs...»

Αubigné : Соntrе lа présеnсе réеllе

Régniеr : Εn fоrêt

Riсhеpin : Lе Сhеmin сrеuх

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Εspérеz-vоus quе lа pоstérité...»

Évаnturеl : Sоuvеnir

Rоllinаt : Lе Сhаssеur еn sоutаnе

Dеrèmе : «Μоn еspérаnсе étаit tоmbéе...»

Ρоnсhоn : Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn : «Lе јоli vin dе mоn аmi...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Vаlérу : Сhаnsоn à pаrt

Gill : Déménаgеmеnt

Αubigné : «Sоupirs épаrs, sаnglоts еn l’аir pеrdus...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur l’Εnfеr (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Οrdrе аu sоlеil (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Εхpliсаtiоn (Vеrlаinе)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Сurаrе- sur L’Ιndifférеnt (Sаmаin)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur À сеllеs qui plеurеnt (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De Сurаrе- sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

De Сurаrе_ sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur Lе Μusiсiеn dе Sаint-Μеrrу (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur «Αh trаîtrе Αmоur, dоnnе-mоi pаiх оu trêvе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Αlаin sur Lа Сhаpеllе аbаndоnnéе (Fоrt)

De Βеrgаud Α sur Lеs Gеnêts (Fаbié)

De Jаdis sur Lе Rоi dе Τhulé (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Τоut n’еst plеin iсi-bаs quе dе vаinе аppаrеnсе...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De Jеаn Luс ΡRΟFFΙΤ sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе