Hugo

Odes et Ballades


Le Portrait d’un enfant


 

à Mlle J.-D. de M.
   
              Quand ie voy tant de couleurs
                            Et de fleurs
              Qui esmaillent un riuage,
              Ie pense voir le beau teint
                            Qui est peint
              Si vermeil en son visage.
 
              Quand ie sens parmi les prez
                            Diaprez,
              Les fleurs dont la terre est pleine,
              Lors ie fais croire à mes sens
                            Que ie sens
              La douceur de son haleine.
RONSARD.


 

I


 
Oui, ce front, ce sourire et cette fraîche joue,
              C’est bien l’enfant qui pleure et joue,
              Et qu’un esprit du ciel défend !
De ses doux traits, ravis à la sainte phalange,
              C’est bien le délicat mélange ;
              Poète, j’y crois voir un ange,
              Père, j’y trouve mon enfant.
 
On devine à ses yeux pleins d’une pure flamme,
              Qu’au paradis, d’où vient son âme,
              Elle a dit un récent adieu.
Son regard, rayonnant d’une joie éphémère,
              Semble en suivre encore la chimère,
              Et revoir dans sa douce mère
              L’humble mère de l’Enfant-Dieu !
 
On dirait qu’elle écoute un chœur de voix célestes,
              Que, de loin, des vierges modestes
              Elle entend l’appel gracieux ;
À son joyeux regard, à son naïf sourire,
              On serait tenté de lui dire :
              — Jeune ange, quel fut ton martyre,
              Et quel est ton nom dans les cieux ?
 
 

II


 
Ô toi dont le pinceau me la fit si touchante,
              Tu me la peins, je te la chante !
              Car tes nobles travaux vivront ;
Une force virile à ta grâce est unie ;
              Tes couleurs sont une harmonie ;
              Et dans ton enfance, un Génie
              Mit une flamme sur ton front !
 
Sans doute quelque fée, à ton berceau venue,
              Des sept couleurs que dans la nue
              Suspend le prisme aérien,
Des roses de l’aurore humide et matinale,
              Des feux de l’aube boréale,
              Fit une palette idéale
              Pour ton pinceau magicien !
 

Novembre 1825.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Un pеu dе mеrdе еt dе frоmаgе...»

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе