Hugo

[Posthumes]



 
Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre
          Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre
          Où rien encor n’est dérangé.
 
Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble
          Qu’elle rit, et que j’aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
          La même aurore dans les bois ;
 
Il me semble revoir, comme au fond d’un mirage,
          Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
          Et la même herbe au pied des murs,
 
Et le même toit blanc qui m’attend et qui m’aime,
          Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d’un éden, dans la même
          Éblouissante profondeur.
 
Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
          Comme alors elle m’apparut,
Rive heureuse où l’on cherche Acis et Galatée,
          Où l’on trouve Booz et Ruth ;
 
Car il n’est pas de plage, ou de montagne, ou d’île,
          Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l’idylle
          Sous la tragique horreur des mers.
 
Ciel ! océan ! c’était cette même nature,
          Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
          Sur la lumière et sur la nuit.
 
Oui, c’étaient ces hameaux, oui, c’étaient ces rivages ;
          C’était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
          Les mêmes tumultes du vent ;
 
C’était la même vague arrachant aux décombres
          Les mêmes dentelles d’argent ;
C’étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
          Au même éternel flot changeant ;
 
C’étaient les mêmes caps que l’onde ignore et ronge,
          Car l’âpre mer, pleine de deuils,
Ne s’inquiète pas, dans son effrayant songe,
          De la figure des écueils ;
 
C’était la même fuite immense des nuées ;
          Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d’arbre, en foule remuées,
          N’ont pas fini de frissonner ;
 
C’était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
          Je crois revoir sur l’humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
          Sur l’océan démesuré ;
 
C’était le même flux couvrant l’île d’écume,
          Comme un cheval blanchit le mors ;
C’était le même azur, c’était la même brume.
          Et combien vivaient, qui sont morts !
 

8 août 1872, en arrivant à Jersey.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе