Hugo

[Posthumes]



 
Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre
          Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre
          Où rien encor n’est dérangé.
 
Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble
          Qu’elle rit, et que j’aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
          La même aurore dans les bois ;
 
Il me semble revoir, comme au fond d’un mirage,
          Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
          Et la même herbe au pied des murs,
 
Et le même toit blanc qui m’attend et qui m’aime,
          Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d’un éden, dans la même
          Éblouissante profondeur.
 
Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
          Comme alors elle m’apparut,
Rive heureuse où l’on cherche Acis et Galatée,
          Où l’on trouve Booz et Ruth ;
 
Car il n’est pas de plage, ou de montagne, ou d’île,
          Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l’idylle
          Sous la tragique horreur des mers.
 
Ciel ! océan ! c’était cette même nature,
          Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
          Sur la lumière et sur la nuit.
 
Oui, c’étaient ces hameaux, oui, c’étaient ces rivages ;
          C’était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
          Les mêmes tumultes du vent ;
 
C’était la même vague arrachant aux décombres
          Les mêmes dentelles d’argent ;
C’étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
          Au même éternel flot changeant ;
 
C’étaient les mêmes caps que l’onde ignore et ronge,
          Car l’âpre mer, pleine de deuils,
Ne s’inquiète pas, dans son effrayant songe,
          De la figure des écueils ;
 
C’était la même fuite immense des nuées ;
          Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d’arbre, en foule remuées,
          N’ont pas fini de frissonner ;
 
C’était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
          Je crois revoir sur l’humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
          Sur l’océan démesuré ;
 
C’était le même flux couvrant l’île d’écume,
          Comme un cheval blanchit le mors ;
C’était le même azur, c’était la même brume.
          Et combien vivaient, qui sont morts !
 

8 août 1872, en arrivant à Jersey.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе