Hugo

Les Rayons et les Ombres, 1840


Guitare


 
Gastibelza, l’homme à la carabine,
              Chantait ainsi :
« Quelqu’un a-t-il connu doña Sabine ?
              Quelqu’un d’ici ?
Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne
              Le mont Falù.
— Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou !
 
« Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,
              Ma señora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
              D’Antequera,
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
              Comme un hibou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez ! Des biens que l’heure envoie
              Il faut user.
Elle était jeune et son œil plein de joie
              Faisait penser. — 
À ce vieillard qu’un enfant accompagne
              Jetez un sou ! ... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Vraiment, la reine eût près d’elle été laide
              Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
              En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
              Ornait son cou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Le roi disait en la voyant si belle
              À son neveu :
— Pour un baiser, pour un sourire d’elle,
              Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne
              Et le Pérou ! — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je ne sais pas si j’aimais cette dame,
              Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme,
              Moi, pauvre chien,
J’aurais gaîment passé dix ans au bagne
              Sous le verrou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Un jour d’été que tout était lumière,
              Vie et douceur,
Elle s’en vint jouer dans la rivière
              Avec sa sœur,
Je vis le pied de sa jeune compagne
              Et son genou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
              De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
              Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d’Allemagne,
              Par le licou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe.
              Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
              Et son amour,
Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,
              Pour un bijou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,
              Car je suis las.
Avec ce comte elle s’est donc enfuie !
              Enfuie, hélas !
Par le chemin qui va vers la Cerdagne,
              Je ne sais où... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je la voyais passer de ma demeure,
              Et c’était tout.
Mais à présent je m’ennuie à toute heure,
              Plein de dégoût,
Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,
              La dague au clou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              M’a rendu fou ! »
 

14 mars 1837.

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 21 mars 2019 à 08h44

Car qui d’autre mieux qu’Hugo a chanté le crépuscule sur le Mont Falù, sûrement pas Baudelaire, encor moins Rimbaud

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 23 mars 2019 à 13h06

Mieux que Hugo
Ce cul goth irrite ma prunelle burgonde.

Hugo tutoyait Thor:
Prête-moi ton marteau,
Je martèle sans tort
Des vers monumentaux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Rаmuz : Сhаlеur

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Fаbié : Τеrrе dе Frаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Hеrеdiа : Lе Νаufrаgé

*** : Lа Dépоsitiоn dе Jеhаn Riсtus

Сhаuliеu : Lеs Élоgеs dе lа viе сhаmpêtrе

Μаrоt : Dе lа јеunе dаmе qui а viеil mаri

Gréсоurt : L’Ιvrоgnе

Vоltаirе : Lе Sоngе сrеuх

Τоulеt : «Αimеz-vоus lе pаssé...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μusiquеs оmbrеusеs vеrtеs...» (Dаuphin)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаpillоn (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Dоn Juаn (Сrоs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе