Hugo

[Posthumes]



Garde à jamais dans ta mémoire,
        Garde toujours
Le beau roman, la belle histoire
        De nos amours !
 
Moi, je vois tout dans ma pensée,
        Tout à la fois !
La trace par ton pied laissée
        Au fond des bois,
 
Les champs, les pelouses qui cachent
        Nos verts sentiers,
Et ta robe blanche où s’attachent
        Les églantiers,
 
Comme si ces fleurs amoureuses
        Disaient tout bas :
— Te voilà ! nous sommes heureuses !
        Ne t’en va pas !
 
Je vois la profonde ramée
        Du bois charmant
Où nous rêvions, toi, bien aimée,
        Moi, bien aimant ;
 
Où du refus tendre et farouche
        J’étais vainqueur,
Où ma bouche cherchait ta bouche,
        Ton cœur mon cœur !
 
Viens ! la saison n’est pas finie,
        L’été renaît,
Cherchons la grotte rajeunie
        Qui nous connaît ;
 
Là, le soir, à l’heure où tout penche,
        Où Dieu bénit,
Où la feuille baise la branche,
        L’aile le nid,
 
Tous ces objets saints qui nous virent
        Dans nos beaux jours
Et qui, tout palpitants, soupirent
        De nos amours,
 
Tous les chers hôtes du bois sombre
        Pensifs et doux,
Avant de s’endormir, dans l’ombre,
        Parlent de nous.
 
Là, le rouge-gorge et la grive
        Dans leurs chansons,
Le liseron et, dans l’eau vive,
        Les verts cressons,
 
La mouche aux ailes d’or qui passe,
        L’onde et le vent,
Chuchotent sans cesse à voix basse
        Ton nom charmant.
 
Jour et nuit, au soir, à l’aurore,
        À tous moments,
Entre eux ils redisent encore
        Nos doux serments.
 
Viens, dans l’antre où nous les jurâmes,
        Nous reposer !
Viens ! nous échangerons nos âmes
        Dans un baiser !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе