Hugo

[Posthumes]


Commencement d’une illusion


 
Il pleut ; la brume est épaissie ;
Voici novembre et ses rougeurs,
Et l’hiver, effroyable scie
Que Dieu nous fait, à nous songeurs.
 
L’abeille errait, l’aube était large,
L’oiseau jetait de petits cris,
Les moucherons sonnaient la charge
À l’assaut des rosiers fleuris.
 
C’était charmant. Adieu ces fêtes,
Adieu la joie, adieu l’été !
Adieu le tumulte des têtes
Dans le rire et dans la clarté !
 
Adieu les bois où le vent lutte,
Où Jean, dénicheur de moineaux,
Jouait aussi bien de la flûte
Qu’un grec de l’île de Tinos !
 
Il faut rentrer dans la grand’ville
Qu’Alceste laissait à Henri ;
Où la foule encor serait vile
Si Voltaire n’avait pas ri.
 
Noir Paris ! tas de pierres morne
Qui, sans Molière et Rabelais,
Ne serait encor qu’une borne
Portant la chaîne des palais !
 
Il faut rentrer au labyrinthe
Des pas, des carrefours, des mœurs,
Où l’on sent une sombre crainte
Dans l’immensité des rumeurs.
 
Je regarderai ma voisine 
Puisque je n’ai plus d’autre fleur !
Sa vitre vague où se dessine
Son profil, divin de pâleur,
 
Son réchaud où s’enfle la crème,
Sa voix qui dit encor maman,
Gare ! c’est le seuil d’un poème,
C’est presque le bord d’un roman.
 
Ma voisine est une ouvrière,
Au front de neige, aux dents d’émail,
Qu’on voit tous les soirs en prière
Et tous les matins au travail.
 
Cet ange ignore que j’existe,
Et, laissant errer son œil noir,
Sans le savoir me rend très triste
Et très joyeux sans le vouloir.
 
Elle est propre, douce, fidèle,
Et tient de Dieu, qui la bénit,
Des simplicités d’hirondelle
Qui ne sait que bâtir son nid.
 

4 novembre.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νуmphéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αu Μêmе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе