Hugo

La Légende des siècles, 1859


Après la bataille


 
Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait : « À boire ! à boire par pitié ! »
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant : « Caramba ! »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.
 

Commentaire (s)
Déposé par lolita2309 le 5 décembre 2012 à 18h59

lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol lol mdr mdr mdr

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 6 décembre 2012 à 08h39

Au programme des écoles jadis...

Ça inspira une chanson à Pierre Perret :

Mon père, ce satyre au sourire si doux
Faisait guili-guili aux petites filles sages
Et pour les suborner les attirait chez nous
Preuve d’un singulier courage
Car ma mère dans ce cas-là ne le laissait pas choisir
Elle lui refilait d’emblée la plus mauvaise chambre
Lui faisait des remontrances à n’en plus finir
Et finalement elle lui gâchait tout son plaisir

Ah ! les parents les parents les parents
C’est un souci pour les enfants, les parents

Mon père, ce satyre faisait les quatre cents coups
Mais comme il était myope comme un thermomètre
Il embrassait parfois ces anges dans le cou
Un jour ce fut le tour du notaire
Papa faillit payer cher cette étourderie
Maman parlait déjà de l’envoyer dans les ordres
Il eut de ses maîtresses des scènes de jalousie
Et le notaire n’apprécia pas ses cajoleries

Ah ! les parents les parents les parents
C’est un souci pour les enfants, les parents

Mon père ne savait pas modérer ses transports
On entendait glousser toutes ces nouvelles vierges
Comme elles avaient des corps à réveiller un mort
Chaque fois ça réveillait le concierge
Papa se fit remarquer il n’en fallait pas plus
Il dut partir céans vers de nouveaux ravages
Comme c’était un mystique du genre plutôt poilu
Il peut pas être ailleurs qu’à l’armée du salut

Ah ! les parents les parents les parents
C’est un souci pour les enfants, les parents

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Pierre Dac le 6 février 2013 à 16h40

Mon père, cet anchois au sourire andalou,
Suivi d’un nénuphar qu’il aimait entre tous
Pour son faux col vert neige fait en pierre de taille,
Parcourait en nageant la foire à la ferraille,
Où se tenaient,  pensifs, des melons accroupis...
Soudain, son gros orteil crut percevoir des cris...
C’était un hérisson voltigeant sur la route,
Qui brûlait son chandail pour mieux casser la croûte,
En criant : « Un chou-fleur pour cirer mes souliers ! ...
Ou bien un bec de gaz pour me laver les pieds !... »
Mon père, ému, tendit au nénuphar fidèle
L’obélisque à vapeur où trempait sa bretelle
Et dit : « Mouche la jambe à cet oiseau blessé,
Et brûle-lui l’œil droit avec un fer glacé. »
À ce moment précis, surgissait du Rat Mort,
En marchant sur les mains, un boa constrictor
Qui lança sur mon père sa veste en alpaga.
Le coup passa si près qu’un hareng se noya,
Et qu’un éléphant blanc tomba dans sa soupière.
« Hurrah ! » cria mon père, se mordant la paupière.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Eschylle le 9 décembre 2013 à 16h00

Mon vieux chat, ce matou au sourire grisou
Suivi d’une souris qu’il aimait entre tous
Pour ses yeux perle jais et pour sa belle taille
Examinait le soir auprès de la piétaille,
Les passages discrets où les vers avaient fui.
Il lui sembla entendre un tout petit cui-cui.
C’était un poussinet au bec couvert de croutes
Lugubre et dépité qui faisait fausse route
La gueule de travers et couverte à moitié
Qui pépiait, piteux, que c’en était pitié
Des sons incohérents tels un violoncelle.
Mon vieux chat tendit, prompt, à sa souris fidèle,
Un fromage et dit « Laisse-le boulotter ».
Tout à coup, à l’instant où la souris, du thé
Préparait les gâteaux, le poussin, sans effort,
Saisit un vieux fromage aux reflets jaunes d’or
Et vise au cœur mon chat en couinant « Sale rat ! »
L’édam passa si près que mon chat se courba
Et que sa souris, au trou, bondit affolée.
« Croque-le » dit mon chat « C’est assez rigolé ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 9 décembre 2013 à 16h07

« Un fromage et LUI dit » peut-être ?...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 1er mars 2019 à 16h01


Sa table est un dolmen, et sa plume un canon;
Poète du fracas à l’art délicat. Non?
Le régent, l’écolier, la lorette à l’étal
Ont flatté son ego qui reste sans égal.
Une main sur le coeur, un coude sur Homère,
Hugo lance un défi aux humaines chimères.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Thunderbird le 1er mars 2019 à 21h07

Hugo la pagaille
———-

Mon père, ce vieux moine aux manières de fou
Suivi d’un glabougnot qui buvait comme un trou
Et qu’on voyait toujours muni d’une futaille
Priait en traversant la plaine sans entrailles
Que le Bouddha tirait de son coeur assoupi ;

Soudain, les dimensions permutèrent leurs plis
À cause d’un trou noir qui les mit en déroute
Et qu’Aurélien Barrau avait décrit, sans doute.
Alors il s’embarqua dans la nef de papier
Car c’était une mare où l’on n’avait pas pied.

La sirène promit de lui rester fidèle
S’il voulait réparer sa paire de bretelles,
Il la portait en lui comme un oiseau blessé,
Mangeant, sans le savoir, quelques marrons glacés.
Le trou noir lui semblait un présage de mort
Sur lequel il voulait rédiger un rapport.

Il plongea son stylo dans le point Oméga,
Lequel devint Alpha au prix de grands dégâts ;
Car la sirène était une enfant de sorcière,
Mais ne refusa point de boire de la bière.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 1er mars 2019 à 22h25

Déjanté comme j’aime :) mon Ballus

Celui-là l’as-tu lu ?  

Oyez le stupre de la Zone  
Ô ma rondelle salami
Écrouée par 1 tsunami
A crevé la couche d’ozone

Elle oscillait mon amazone
D’1 coup de foutre elle a vomi
Oyez le stupre de la Zone
D’1 coup de foudre ennemi

Par des railleurs tout en zircone
Concentrés en ZUS - Endormis
Leur prépuce bien affermi
Pour mon humeur en silicone
Oyez le stupre de la Zone ___


19/03/2016
 
Zus : Zone Urbaine Sans cible

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Swаrth : Сасhе-Сасhе

Villоn : Ρrоblèmе [Βаllаdе dе fоrtunе]

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Lеs Сеrisеs

Vеrlаinе : «J’аllаis pаr dеs сhеmins pеrfidеs...»

Βаudеlаirе : Lеs Сhаts

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si fruits, rаisins еt blés, еt аutrеs tеllеs сhоsеs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur À unе lаidе аmоurеusе dе l’аutеur (Αuvrау)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Αrbrеs (Viviеn)

De Jаdis sur Rоndе (Sаlmоn)

De Сосhоnfuсius sur Stèlе аu désir (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе