Hugo

Les Châtiments, 1853


À ceux qui dorment


 
        Réveillez-vous, assez de honte !
        Bravez boulets et biscayens.
        Il est temps qu’enfin le flot monte.
        Assez de honte, citoyens !
        Troussez les manches de la blouse.
        Les hommes de quatre-vingt-douze
        Affrontaient vingt rois combattants.
        Brisez vos fers, forcez vos geôles !
        Quoi ! vous avez peur de ces drôles !
        Vos pères bravaient les titans !
 
Levez-vous ! foudroyez et la horde et le maître !
Vous avez Dieu pour vous et contre vous le prêtre ;
                  Dieu seul est souverain.
Devant lui nul n’est fort et tous sont périssables.
Il chasse comme un chien le grand tigre des sables
                  Et le dragon marin ;
Rien qu’en soufflant dessus, comme un oiseau d’un arbre,
Il peut faire envoler de leur temple de marbre
                  Les idoles d’airain.
 
        Vous n’êtes pas armés ? qu’importe !
        Prends ta fourche, prends ton marteau !
        Arrache le gond de ta porte,
        Emplis de pierres ton manteau !
        Et poussez le cri d’espérance !
        Redevenez la grande France !
        Redevenez le grand Paris !
        Délivrez, frémissants de rage,
        Votre pays de l’esclavage,
        Votre mémoire du mépris !
 
Quoi ! faut-il vous citer les royalistes même ?
On était grand aux jours de la lutte suprême.
                  Alors, que voyait-on ?
La bravoure, ajoutant à l’homme une coudée,
Était dans les deux camps. N’est-il pas vrai, Vendée,
                  Ô dur pays breton ?
Pour vaincre un bastion, pour rompre une muraille,
Pour prendre cent canons vomissant la mitraille.
                  Il suffit d’un bâton !
 
        Si dans ce cloaque ou demeure,
        Si cela dure encore un jour,
        Si cela dure encore une heure,
        Je brise clairon et tambour,
        Je flétris ces pusillanimes,
        Ô vieux peuple des jours sublimes,
        Géants à qui nous les mêlions,
        Je les laisse trembler leurs fièvres,
        Et je déclare que ces lièvres
        Ne sont pas vos fils, ô lions !
 

15 janvier 1853.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 mars 2013 à 10h43



Cher Victor, tu brandis le drapeau tricolore ;
Du pauvre Badinguet, le teint se décolore !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 29 janvier 2020 à 11h47

Copie conforme
----------------------

Ne t’en va pas, voyons, demeure !
Je le confesse, mon amour,
J’ai mis les deux pieds dans le beurre
Comme un gros cheval de labour.
Est-ce donc ça qui te déprime ?
Je t’ai promis que (pour la rime),
Demain, tous deux, nous irions
Boire, toi du lait de la chèvre        
Qui moussera blanc sur ta lèvre –
Moi, du bon vin du Postillon !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Vеrlаinе : Wаlсоurt

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Dаïmiо (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vаissеаu d’оr (Νеlligаn)

De Соttinеаu sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Flеurs dе Fеu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρаlmе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Rоndеаu : «Rеpоs étеrnеl dоnnе à сil...» (Villоn)

De Jаdis sur Αir : «Qu’еst dеvеnu сеt hеurеuх tеmps...» (Dеshоulièrеs)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе