Gérard d’Houville


Stances aux dames créoles


 
Lorsqu’il fait chaud, et que je suis songeuse et seule,
              Je pense à vous,
Vous dont je ne sais rien, je rêve, ô mes aïeules,
              À vos yeux doux.
 
Grand-mères mortes, et jadis des ingénues
              Aux bras si frais,
Jeunes et tendres, et que je n’ai pas connues
              Même en portraits,
 
Qui vivaient autrefois, toutes petites filles
              Aux longs cheveux
Dans une sucrerie, en un coin des Antilles
              Voluptueux.
 
La chaleur trop ardente entrouvrait les batistes
              Sur leur sein blanc,
Elles se balançaient, paresseuses et tristes,
              En s’éventant.
 
Leurs yeux se reposaient de la lumière vive,
              Joyeux de voir
Le visage lippu d’une esclave furtive
              Luisant et noir.
 
Les bons nègres rieurs dansaient des nuits entières
              Leurs bamboulas,
Ou bien chantaient des chants parmi les caféières,
              Câlins et las.
 
Protégeant votre teint, pâle sous la mantille,
              Et délicat,
Vous savouriez dans les vergers la grenadille
              Et l’avocat.
 
En rêve sous les transparentes moustiquaires
              Vous revoyiez
Le vieil aïeul voguant vers l’or des îles claires
              Sur ses voiliers.
 
Les papillons étaient plus grands que votre bouche,
              Et que les fleurs
Qu’illuminait le vol du rapide oiseau-mouche
              Tout en lueurs.
 
La nuit se parfumait d’astres et de corolles,
              Et, peu à peu,
Vous regardiez s’ouvrir au ciel, belles créoles !
              Des fleurs de feu.
 
Ah ! songiez-vous alors, nocturnes et vivantes,
              Qu’un temps viendrait
Où rien de vos beautés aux grâces indolentes
              Ne resterait ?
 
De tout ce qui fut vous, nulle petite trace
              N’a subsisté,
Pas même un pauvre toit sous lequel votre race
              Ait habité.
 

[...]

Commentaire(s)
Déposé par rosemonde le 8 décembre 2012 à 17h51

avez vous le poeme  ou le livre de poesie de gerard d’houville,la solitude des femmes,je l’ai demandé à la bibliotheque ou je reside ils ne l’ont pas,comment faire pour se le procurer,merci

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 décembre 2012 à 18h42

Il ne semble pas que ce soit un livre.
Un poème de ce titre peut se lire ici :
http://www.litterama.fr/article-les-femmes-et-la-poesie-la-solitude-des-femmes-de-gerard-d-houville-113245670.html

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur Αu sеignеur Сhristоphlе Ρlаntin (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βlаnсhе Νеigе (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе