Gérard d’Houville


Le Jardin de la nuit


 
Si l’aile inévitable et sombre doit s’étendre
Sur tes grands yeux si doux et sur ton jeune front,
Si l’horreur de la mort hante ton âme tendre,
Viens : les fleurs ont des voix qui te consoleront !
Sœurs des belles de nuit, tu sauras les entendre.
 
Belles de ta beauté, pâles de tes pâleurs,
Les roses des rosiers éclos au clair de lune
Dont la blanche corolle est faite de lueurs,
Mystérieusement effeuillant une à une
Au nocturne jardin leurs lumineuses fleurs ;
 
Et les fleurs de jasmin, de lys et d’ancolie
Et celles que la nuit seule voit s’entrouvrir,
Ont l’ineffable attrait de ta bouche pâlie,
Le charme douloureux de ce qui doit mourir
Ainsi que ta jeunesse et ta mélancolie.
 
Ton cœur triste est rempli par l’horreur du trépas,
Son vol irrésistible en frémissant t’effleure ;
Son souffle effacera la trace de tes pas,
Ta vie est le prestige et le parfum d’une heure,
Et les fleurs qui t’aimaient ne te survivront pas !
 
Mais de l’instant suprême épuisant les délices,
Éloigne l’inutile et ténébreux effroi :
Penche ton pâle front vers les pâles calices
Et respire, dans l’ombre exhalé jusqu’à toi,
L’arome fraternel des fleurs consolatrices.
 

©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 novembre 2017 à 13h53

L’intelligence d’un moulin à prières.
—————————————

Un érudit vit le religieux de la Montagne de l’Est en train d’examiner un moulin à prières. Il lui demanda respectueusement : « Y en a-t-il de nombreux genres ? »

Le religieux lui expliqua la chose suivante. « Il y en a d’innombrables genres, et celui que vous voyez n’est que l’un des plus rudimentaires. Si vous pouviez vous y introduire, vous ne verriez que des pièces qui se poussent les unes les autres dans la machine, et jamais rien qui ressemble à une perception, ni à de la raison. »

« L’intelligence, lui dit le Maître, et la vertu, et la sagesse, qui souhaiterait attribuer cela à des machines ? »

« Nous avons pourtant une science nouvelle, qui le fait dans le cas des moulins à prières. Il faut guider ces prières. Nous pourrions certes affecter un moinillon au service de chaque moulin, mais qu’apporterait alors la mécanisation ? Aussi nos sorciers, peu après l’invention des bracelets magiques, ont fait naître un nouvel art, l’intelligence artefactuelle. »

« ArteFACTuelle ? vous voulez dire, artiFICielle ? »

« Nous disons artefactuelle, vous m’avez bien compris. Si un instrument est artificiel, les gens pensent à un artifice. Artefactuel est un mot rare, cela impressionne les gens du peuple, et cela inspire du respect pour les religieux artefactuels et leurs moulins artefactuels. »

Cochonfucius s’en fut dans le jardin. l vit des fleurs et leur parla. « Puisse le Ciel nous préserver d’avoir des jardins artefactuels ! Et puissions-nous nous préserver de devenir des jardiniers artefactuels ! »

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе