Antoine Houdar de La Motte


L’Homme

Ode


À Monsieur de Fieubet.


Mon cœur d’une guerre fatale
Soutiendra-t-il toujours l’effort ?
Remplira-t-elle l’intervalle
De ma naissance et de ma mort ?
Pour trouver ce calme agréable,
Des dieux partage inaltérable,
Tous mes empressements sont vains.
En ont-ils seuls la jouissance ?
Et le désir et l’espérance
Sont-ils tous les biens des humains ? 
 
Oui, d’une vie infortunée
Subissons le joug rigoureux ;
C’est l’arrêt de la destinée
Qu’ici l’homme soit malheureux.
L’espoir imposteur qui l’enflamme
Ne sert qu’à mieux fermer son âme
À l’heureuse tranquillité.
C’est pour souffrir qu’il sent, qu’il pense ; 
Jamais le ciel ne lui dispense
Ni lumière, ni volupté.
 
Impatient de tout connaître,
Et se flattant d’y parvenir,
L’esprit veut pénétrer son être,
Son principe et son avenir ;
Sans cesse il s’efforce, il s’anime ;
Pour sonder ce profond abîme
Il épuise tout son pouvoir ;
C’est vainement qu’il s’inquiète ;
Il sent qu’une force secrète
Lui défend de se concevoir.
 
Mais cet obstacle qui nous trouble,
Lui-même ne peut nous guérir :
Plus la nuit jalouse redouble,
Plus nos yeux tâchent de s’ouvrir.
D’une ignorance curieuse
Notre âme, esclave ambitieuse,
Cherche encore à se pénétrer.
Vaincue, elle ne peut se rendre,
Et ne saurait ni se comprendre
Ni consentir à s’ignorer.
 
Volupté, douce enchanteresse,
Fais enfin cesser ce tourment :
Qu’une délicieuse ivresse
Répare notre aveuglement.
À nos vœux ne soit point rebelle ;
Et, du cœur humain qui t’appelle,
Daigne pour jamais te saisir.
Éloignes-en tout autre maître ;
Que l’ambition de connaître
Cède à la douceur du plaisir !
 
Mais tu fuis, la voûte azurée
Pour jamais t’enferme en son sein.
Parmi nous ne t’es-tu montrée
Que pour t’y faire aimer en vain ?
Il n’est point de vœux qui t’attirent ;
Tu souffres que nos cœurs expirent,
Lentes victimes de l’ennui :
Ou sous ton masque délectable,
Le crime caché nous accable
Du remords qu’il traîne après lui.
 
Tel qu’au séjour des Euménides
On nous peint ce fatal tonneau,
Des sanguinaires Danaïdes,
Châtiment à jamais nouveau :
En vain ces sœurs veulent sans cesse
Remplir la tonne vengeresse,
Mégère rit de leurs travaux ;
Rien n’en peut combler la mesure,
Et, par l’une et l’autre ouverture,
L’onde entre et fuit à flots égaux.
 
Tel est en cherchant ce qu’il aime
Le cœur des mortels impuissants ;
Supplice assidu de lui-même,
Par ses vœux toujours renaissants,
Ce cœur, qu’un vain espoir captive,
Poursuit une paix fugitive,
Dont jamais nous ne jouissons ;
Et, de nouveaux plaisirs avide,
À chaque moment il se vide
De ceux dont nous le remplissons.
 
Toi, que de la misère humaine
Tes vertus doivent excepter,
Fieubet, plains l’espérance vaine
Dont j’avais osé me flatter.
Mon zèle me faisait attendre
Un plaisir solide à te rendre
Cet hommage que je te dois ;
Mais je n’ai, malgré mon attente,
Qu’une crainte reconnaissante
Qu’il ne soit indigne de toi.
 
Aussi sévère qu’équitable
Tu veux un sens dans mes écrits,
Élevé, nouveau, véritable,
Dont le tour augmente le prix.
Jaloux d’obtenir ton suffrage.
J’ai tâché d’orner cet ouvrage
De traits dignes de te toucher ;
Mais je crains qu’en mes hardiesses,
Tu ne découvres les faiblesses
Que mon orgueil sait m’y cacher.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Sаgеssе d’un Lоuis Rасinе, је t’еnviе...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz